L'UICN s'inquiète d'une augmentation dramatique du braconnage, qui a réduit la population d'éléphants d'Afrique de 20 % entre 2006 et 2015.

Un éléphant du Parc National Kruger, en Afrique du Sud
Un éléphant du Parc National Kruger, en Afrique du Sud © Maxppp / Florian Launette

Début septembre, l'Union internationale pour la conservation de la nature avait déjà tiré la sonnette d'alarme sur la situation des grands singes, dont quatre espèces sur six étaient menacées d'extinction. Cette fois, ce sont les éléphants qui semblent particulièrement touchés.

L'organisation a dénombré 415.000 éléphants dans ses zones de recherche sur tout le continent, soit presque 20 % de moins qu'en 2006 (où ils étaient au moins 500.000). Dans certains pays, cette diminution est impressionnante : en Tanzanie, c'est 60 % de la population d'éléphants qui a disparu sur la même période. "Le regain de braconnage de l'ivoire qui a commencé il y a dix ans, le pire que l'Afrique ait connu depuis les années 70 et 80, est le principal facteur de ce déclin", explique l'UICN.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | La corruption, catalyseur idéal du trafic d'animaux sauvages

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.