EN CHIFFRES - À trois semaines des élections européennes, France Inter se penche sur les enjeux du scrutin. Zoom sur la politique agricole qui est, depuis les années 1960, au cœur des préoccupations de l'Union.

Environ 70% du budget de la Politique agricole commune, 362,8 milliards d'euros sur la période 2014-2020, est versé en mesures de soutien direct aux revenus des agriculteurs.
Environ 70% du budget de la Politique agricole commune, 362,8 milliards d'euros sur la période 2014-2020, est versé en mesures de soutien direct aux revenus des agriculteurs. © AFP / MYCHELE DANIAU

Pour mieux saisir les enjeux des prochaines élections, France Inter se met à l'heure européenne. Une semaine spéciale et en particulier dans le 18/20 de France Inter

Depuis les années 1960, l'agriculture est au cœur des préoccupations de l'Europe. Mais les objectifs ont évolué avec le temps, et les aides ont été redistribuées à mesure que l'Union européenne s'élargissait. La Politique agricole commune, le levier financier, compte toujours pour 40% du budget de l'UE.

En 2018, avec une production qui pèse environ 438 milliards d'euros, l'Union est la première puissance agricole mondiale. Elle exporte pour 60 milliards d’euros hors de ses frontières, principalement vers les Etats-Unis et la Chine, ce qui signifie que l’essentiel des échanges de produits agricoles se fait en son sein.

Parmi les 28 Etats membres, la France est le premier producteur, à hauteur de 76 milliards d’euros, soit 17 % du total de l’Union. Elle est à la tête d’un groupe qui, avec l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Pologne, compte pour les trois quarts de la production agricole de l’UE.

Aides directes

La Politique agricole commune (PAC), créée en 1962, avait pour objectif de moderniser et de développer l'agriculture européenne. Depuis, elle a élargi son champ d’action à l'environnement, à l'alimentation et à l'aménagement des territoires. Son principal moyen d’action, ce sont les mesures de soutien direct aux revenus des agriculteurs (environ 70 % du budget, le premier poste de l’UE, 362,8 milliards d'euros sur la période 2014-2020). A elle seule, la France bénéficie d'environ 7 milliards d'euros d'aides directes par an, et 2,4 milliard pour le développement rural.

Si l’on prend le seul exemple des céréales, qui représentent près de 11 % de la production agricole totale, on découvre que les subventions vont en priorité, désormais, aux plus récents adhérents de l’Union. Ceux, justement, pour lequel l’objectif de modernisation et de développement reste prioritaire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.