Les Etats-Unis ont commencé à larguer des colis humanitaires il y a plusieurs jours.
Les Etats-Unis ont commencé à larguer des colis humanitaires il y a plusieurs jours. © Reuters

Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius est à Erbil ce dimanche après-midi pour superviser la livraison de l’aide alimentaire française, alors que les Etats-Unis reprennent leurs frappes ciblées contre les djihadistes.

Selon des responsables kurdes, 20.000 personnes qui étaient bloquées dans les monts Sinjar sont arrivés au Kurdistan irakien, en passant par la Syrie, escortés par les forces kurdes. Ils viennent s’ajouter aux centaines de milliers de personnes qui ont déjà fui leur domicile, chassé par l’Etat islamique (EI). Des personnes qui ont un besoin urgent de vivres.

Des centaines de milliers de déplacés

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont déjà commencé à larguer des colis humanitaires. Dans la matinée, les avions américains ont parachuté l’équivalent de 52.000 repas et des conteneurs d’eau entre Mossoul et la frontière syrienne.

C’est à présent au tour de la France d’apporter sa contribution. Laurent Fabius a annoncé que sa venue en Irak était également liée à l’acheminement d’aide humanitaire.

Avec quoi Laurent Fabius arrive-t-il à Erbil ? La population d’Erbil a de nombreuses demandes, nous dit Julie Marie-Leconte, sur le tarmac de l’aéroport.

L’engagement français

Les américains ont repris les frappes ciblées contre les positions djihadistes ce dimanche. La France s’implique donc également dans le conflit, si ce n’est militairement, au moins diplomatiquement et matériellement.

►►►LIRE AUSSI | Irak : Obama prévient que "cela prendra du temps"

Pourquoi cet engagement de la France en Irak ? "La France, qui n’a pas participé à la guerre en Irak de 2003, assume ses responsabilités, à cause de ses relations historiques avec les Kurdes" , estime Khattar Abou Diab, politologue et professeur à l’université Paris sud

Le politologue Khattar Abou Diab était l’invité du 13h de Nicolas Balu.

LIRE AUSSI | En Irak, Fabius appelle à l’unité contre le terrorisme

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.