Opérations de recherche e la carcasse de l'Airbus d'AirAsia
Opérations de recherche e la carcasse de l'Airbus d'AirAsia © SIPA/AP/Dewi Nurcahyani, Pool

Selon des experts, le pilote de l’Airbus d'AirAsia pourrait avoir réussi un atterrissage d'urgence sur l'eau avant que l'appareil ne soit submergé par des vagues de grande hauteur

Neuf corps ont été repêchés pour l'instant et la première inhumation d'une victime, une femme indonésienne, a eu lieu jeudi après-midi après son identification.

La zone de recherches a été largement étendue jeudi au large de Bornéo. Elle fait mainteannt plus de 13.000 kilomètres carrés.

Une mer agitée n'a pas permis aux plongeurs d'atteindre jeudi le lieu présumé où l'épave de l'avion de la compagnie AirAsia Indonesia est immergée et un responsable de la sécurité aérienne a estimé qu'il faudrait sans doute une semaine pour retrouver les boîtes noires de l'appareil.

Les explications de Marie Dhumière à Djakarta

Mercredi une ombre, ressemblant à un avion, a été repérée au fond de la mer par une équipe participant aux opérations de recherches montrant que le fuselage pourrait être en grande partie intact. Des objets ressemblant à une porte de secours et un toboggan gonflable pour les évacuations d'urgence figurent parmi les premiers débris repérés dans la zone de recherche, suggérant que les premiers passagers pourraient avoir entamé le processus d'évacuation après l'atterrissage de l'avion sur l'eau. Selon des procédures standards, tous les passagers d'un avion doivent être évacués en 90 secondes.

Les causes du crash ne pourront être établies avant que les boîtes noires ne soient retrouvées

Les analyseurs de vol devraient permettre de comprendre entre autres pourquoi la balise de localisation sous-marine n'a pas fonctionné. L'enregistreur de voix du cockpit devrait détailler les conversations des pilotes dans l'ensemble du vol de courte durée, et révéler leurs derniers moments.

L'Airbus A320-200 avait décollé dimanche de la ville indonésienne de Surabaya avec 162 personnes à bord. ll a disparu des écrans radars 40 minutes environ après son décollage, en survolant la mer Java lors d'un orage, sans appel au secours du cockpit ou transmission de signaux normalement émis quand un avion disparaît ou qu'il gît au fond de l'eau.

L'avion volait à 32.000 pieds (9.750 mètres environ) et avait demandé à pouvoir monter à 38.000 pour éviter le mauvais temps. Lorsque les contrôleurs aériens l'ont autorisé, quelques minutes plus tard, à monter à 34.000 pieds, ils n'ont reçu aucune réponse. La théorie sur laquelle travaillent les enquêteurs est que l'appareil a pu connaître une avarie grave alors qu'il était en phase d'ascension rapide pour éviter un gros orage.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.