Abdelaziz Bouteflika en juin 2015, lors de la visite de François Hollande à Alger
Abdelaziz Bouteflika en juin 2015, lors de la visite de François Hollande à Alger © AP/SIPA/Sergey Vaganov

Alors que le président Abdelaziz Bouteflika est au pouvoir depuis 17 ans, son successeur ne pourra pas effectuer plus de deux mandats. La nouvelle constitution interdit désormais aux binationaux l'accès aux hauts postes de la fonction publique.

Le Parlement algérien a adopté dimanche une réforme de la Constitution voulue par Abdelaziz Bouteflika qui après quatre mandats prépare sa succession. Le Président algérie, âgé de 78 ans et affaibli par la maladie, avait supprimé lui-même la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels, ce qui lui a permis de briguer un troisième puis un quatrième mandat, laissant penser qu'il avait le projet d'une présidence "à vie". Abdelaziz. Bouteflika pourra néanmoins terminer son quatrième quinquennat et même briguer un cinquième s'il le veut.

Le projet voulu par le chef de l'Etat a été approuvé par 499 parlementaires. Deux ont voté contre et 16 se sont abstenus.

La révision de la Constitution interdit par ailleurs aux Algériens ayant une autre nationalité l'accès aux hauts postes dans la fonction publique , une mesure qui suscite la colère et l'incompréhension dans la communauté franco-algérienne stimée à des centaines de milliers de personnes..

A Alger, les explications de Leïla Beratto

Dans le préambule de la Constitution a été inscrite la guerre civile appelée "tragédie nationale" qui a suivi la victoire du Front Islamique du salut (FIS) en 1992, et la décennie de conflit qui s'en est suivie et qui a fait 200.000 morts. "C'est une réponse contre l'oubli", a expliqué le Premier ministre. Certains points de la Constitution ne pourront d'ailleurs pas être modifiés dans le cas, par exemple, d'une conquête du pouvoir par une majorité islamiste.

Autre disposition phare de la nouvelle Constitution, la reconnaissance de la langue berbère , le tamazight, comme "langue officielle" du pays, après une lutte d'un demi-siècle de la population berbère.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.