L'ambassadeur de Russie en Turquie, Andreï Karlov, a été assassiné lundi soir à Ankara. Le meurtrier, un policier turc, a affirmé agir pour venger le drame d'Alep.

L'ambassadeur de Russie lors de son allocution dans la galerie d'art d'Ankara, quelques instants avant son assassinat
L'ambassadeur de Russie lors de son allocution dans la galerie d'art d'Ankara, quelques instants avant son assassinat © AFP / UGUR KAVAS / DEPO PHOTOS / AFP

Sur le sol d’une galerie d’art d’Ankara, le diplomate, Andreï Karlov gît, les bras en croix : il a été abattu, lundi soir, de plusieurs balles alors qu'il prononçait une allocution lors de l'inauguration d'une exposition. Le policier lui a tiré dans le dos : sur une vidéo diffusée sur internet, on voit l'assassin hurlant, d'abord en arabe avec un accent marqué, puis en turc. L'ambassadeur est allongé à terre à côté de lui.

"N'oubliez pas la Syrie, n'oubliez pas Alep"

L'homme, en costume noir et armé d'un pistolet, crie "Allahou Akbar" ("Dieu est le plus grand") et évoque en arabe "ceux qui ont fait allégeance au jihad"(...)"N'oubliez pas la Syrie, n'oubliez pas Alep", crie-t-il ensuite en turc à deux reprises. Il a été identifié par les autorités turques comme étant Mevlüt Mert Altintas, un policier de 22 ans, rattaché au corps des forces anti-émeutes d'Ankara, qui a été tué par les forces de sécurité. Selon la municipalité de Cankaya, où a eu lieu l'assassinat, le tireur est entré dans la galerie sans passer par le détecteur de métaux. Interpellé par les agents de sécurité, il a montré son badge de policier et a ainsi été autorisé à entrer, sans avoir à craindre les portiques de sécurité et les caméras installés à chaque étage de la galerie d'art.

Karlov, artisan du rapprochement entre la Russie et la Turquie

Andreï Karlov, âgé de 62 ans, était un diplomate expérimenté qui a servi en Turquie à une période charnière pour les relations entre Moscou et Ankara. Arrivé en 2013 à Ankara, il aura contribué au renforcement des relations entre la Russie et la Turquie, qui s'étaient brutalement dégradées après la destruction d'un avion russe par l'armée turque à l'automne 2015. Leurs liens se sont toutefois réchauffés ces derniers mois et l'ambassadeur Russe a joué dans ce cadre un rôle important, selon les dirigeants turcs qui lui ont rendu hommage.

Tous ceux qui prennent part à cette tyrannie rendront des comptes, un par un (l’assassin de l’ambassadeur Russe d’Ankara, qui s’adresse à la foule juste après le meurtre)

Les présidents Turc Recep Tayyip Erdogan et Russe Vladimir Poutine, dans des déclarations séparées, ont qualifié cet assassinat de "provocation" visant à torpiller la normalisation entre les deux pays, entamée en août après une grave crise diplomatique. Ils s'étaient parlé au téléphone peu après l'attaque.

►►►ÉCOUTER | "Avec cet assassinat, la tragédie syrienne vient de faire une apparition sanglante dans l'actualité russe" : à Moscou, les explications de Bruno Cadène.

De nouveaux coups de feu tirés dans la nuit

Des coups de feu ont aussi été tirés devant l'ambassade des Etats-Unis d’Ankara quelques heures après l'assassinat de l'ambassadeur de Russie. L' auteur des coups de feu a été maîtrisé par la police, après avoir tiré huit ou neuf fois en l’air avec un fusil à pompe dissimulé sous son manteau.

Des enquêteurs russes sur place

Le chef de la diplomatie russe annonçait dans la foulée qu'un groupe de dix-huit enquêteurs, agents des services secrets et diplomates Russes avait atterri mardi à Ankara afin d'enquêter sur l'assassinat d'Andreï Karlov. Sergueï Lavrov a précisé que l'avion des enquêteurs ramènerait en Russie le corps du diplomate de 62 ans. Le chef de la diplomatie Turque a pour sa part indiqué à son homologue Russe que la rue où est située l'ambassade de Russie à Ankara serait renommée en l'honneur du diplomate tué.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.