un couple de roms arrêté dans l'affaire de "l'ange blond"
un couple de roms arrêté dans l'affaire de "l'ange blond" © reuters

Avec ses yeux bleus et ses cheveux blonds, elle détonnait dans le camp rom où elle vivait, dans le centre de la Grèce et pour cause : la jeune enfant, dont le visage a fait le tour des médias européens, n'était pas la fille du couple qui s'en occupait, un couple arrêté depuis.

La fillette de quatre ans, surnommée "l'ange blond" par les médias grecs, a vu ses parents "adoptifs" arrêtés. Ces derniers ont immédiatement déclaré à la justice que l'enfant leur avait été remis par sa mère biologique, qui se jugeait incapable de l'élever.

Une adoption pas franchement en bonne et due forme. "C'était une adoption pas vraiment légale, mais effectuée avec le consentement de la mère", assure l'avocat du mari à la sortie du tribunal. Ce sont finalement des tests ADN qui ont prouvé que l'enfant n'était pas la fille biologique du couple.

Des milliers d'appels pour retrouver des enfants disparus

L'affaire pourrait être restée un banal fait divers... Mais l'émotion a vite dépassé les frontières grecques, pour devenir incontrôlables. Car si la petite fille blonde a pu se retrouver dans un campement rom, pourquoi pas d'autres disparus ? Un raisonnement qu'ont tenu des milliers de personnes. Au total, plus de 5.000 appels téléphonques ont atterri en Grèce. Des personnes inquiètes, souhaitant aider l'enquête ou même retrouver des enfants disparus.

"On accuse les Roms de tout, de voler, d'enlever des enfants... Pour nous, c'est vraiment insultant", se désole le chef de la communauté rom de la région de Larissa. "Tout ça, ce sont des histoires à dormir debout, et nous le prouverons".

L'association "Sourire de l'enfant" a recueilli la fillette, son porte-parole Panagiotis Pardalis assure qu'elle va désormais beaucoup mieux.

Le reportage d'Olivier Poujade

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.