François Hollande
François Hollande © Gilles ROLLE/MAXPPP / Gilles ROLLE/MAXPPP

Il s'agit d'un appel à tous les pays concernés au-delà de la coalition pour aider cette ville kurde du Nord de la Syrie à deux doigts de tomber aux mains des djihadistes du groupe État islamique, une ville située juste en face de la Turquie qui refuse d'intervenir.

François Hollande, mardi matin, lors de l'inauguration d'une exposition consacrée au Maroc à l'institut du monde arabe :

Si nous devons intervenir comme nous l'avons décidé pour la France en Irak, nous avons aussi à apporter à l'opposition syrienne modérée, celle que nous reconnaissons comme la seule légitime pour la Syrie, tout le soutien, toute l'aide nécessaire. Et je lance un appel pour que tous les pays concernés puissent offrir à cette opposition l'appui qu'elle attend de nous.

L'aide aux Kurdes de Kobané bloquée en Turquie

Une aide "symbolique" destinée aux défenseurs kurdes de Kobané est arrivée en Syrie mais elle est bloquée dans le nord-est du pays parce que la Turquie refuse d'ouvrir le corridor nécessaire à son acheminement, a déclaré mardi un représentant des Kurdes de Syrie. Il s'agit de munitions pour des armes légères et d'obus de mortier, a précisé Alan Othman, porte-parole du conseil militaires kurde de Syrie, joint via Skype : "Il s'agit d'une livraison symbolique qui est bloquée dans le canton de Djazira", a-t-il ajouté, utilisant le nom kurde du nord-est de la Syrie.

Kobani, ville kurde du nord de la Syrie, est assiégée depuis près d'un mois par les djihadistes de l'Etat islamique. "Nous les avons aidés pratiquement dans tous les domaines. Nous leur avons envoyé de l'aide, notamment militaire", a confirmé Hamid Darbandi, responsable des relations avec les Kurdes de Syrie au sein de l'administration du Kurdistan irakien autonome.

La bataille de Kobané
La bataille de Kobané © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.