Après les manifestations entraînées par la mort de George Floyd aux États-Unis, et la montée en puissance du mouvement #BlackLivesMatter sur les réseaux sociaux, l'application de rencontres Grindr, réservée aux internautes LGBTQ, a décidé, par solidarité, de lever son système de filtrage ethnique déjà pointé du doigt.

Quand Grindr profite de la montée de #BlackLivesMatter pour supprimer son filtre ethnique
Quand Grindr profite de la montée de #BlackLivesMatter pour supprimer son filtre ethnique © AFP / Alexander Pohl / NurPhoto /

Présentée par son fondateur comme une possibilité offerte aux minorités ethniques de "pouvoir se retrouver", l'appli Grindr a finalement trouvé le bon tempo pour supprimer une fonction de filtrage qui avait heurté bien des utilisateurs. 

"Tolérance zéro contre le racisme"

Après les évenements survenus aux États-Unis, où des soulèvements et de violentes échauffourrées ont eu lieu dans près de 150 villes, une semaine après la mort de George Floyd, un noir américain tué lors de son arrestation par un policier blanc, l'application de rencontre destinées aux lesbiennes, gay, bi, trans et queer a opté pour ce qu'elle présente ainsi comme un "geste de solidarité" : "Nous allons continuer à combattre le racisme sur Grindr, aussi bien à travers un dialogue avec notre communauté que par une tolérance-zéro contre le racisme et les discours haineux sur la plateforme et en-dehors".

Autrement dit, même si l'algorithme de l'application continuera à montrer des résultats de recherche correspondant le plus possible aux profils déjà consultés, il ne sera plus possible pour les utilisateurs de cette application de filtrer des résultats de recherche pour exclure des critères ethniques (ou au contraire ne montrer que des résultats correspondant à un critère), ce qui était encore possible jusqu'à présent. 

"Je suis pour les blancs comme neige"

Grindr ainsi expliqué avoir décidé cette modification en réponse à des demandes d'utilisateurs. Ce filtrage ethnique était  en effet décrié depuis longtemps par les utilisateurs, dont les témoignages (et les captures écran) de propos racistes à leur encontre pullulent sur les réseaux sociaux : "Je cherche un employé de maison noir", "Pakistané ça m'attire pas", "No Asiat"ou "Tes traits négroïdes ne sont pas excitants"...Le tout largement relayés sur des comptes Twitter ou Instagram créés pour alerter sur ces comportements. 

capture écran du compte @Personnes racisées vs Grindr
capture écran du compte @Personnes racisées vs Grindr © Radio France
View this post on Instagram

Tout se déroule dans leur tête !

A post shared by Personnes Racisées Vs Grindr (@pracisees_vs_grindr) on

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.