Le Pentagone a présenté vendredi devant le Sénat américain un rapport de neuf pages très attendu. L'armée américaine y décrit plus d'une centaine de phénomènes inhabituels observés dans le ciel... Et conclut qu'elle ne peut pas en déterminer l'origine.

Le Pentagone a rendu son rapport sur les phénomènes inhabituels observés au fil des années par des militaires dans le ciel
Le Pentagone a rendu son rapport sur les phénomènes inhabituels observés au fil des années par des militaires dans le ciel © Copie d'écran US State Department

Le renseignement américain a affirmé vendredi dans un rapport très attendu qu'il n'existait pas de preuve de l'existence d'extraterrestres, tout en reconnaissant que des dizaines de phénomènes constatés notamment par des pilotes militaires ne pouvaient pas être expliqués. On peut notamment lire dans ce rapport publié par les services du directeur national du renseignement :

"Il n'y a probablement pas une explication unique à ces phénomènes. Nous n'avons actuellement pas suffisamment d'informations dans nos bases de données pour attribuer ces incidents à des causes spécifiques."

140 phénomènes inexpliqués sur 144 observés 

Le Pentagone a étudié 144 évènements constatés entre 2004 et 2021. Dans 140 cas, l'armée se dit incapable d'expliquer l'incident. Un seul a pu être clairement expliqué : il s'agissait finalement d'un gros ballon qui se dégonflait. Sur les 143 restants, 18 montraient des mouvements ou caractéristiques de vol jugés "inhabituels" par l'armée elle-même. Et "un nombre limité d'incidents pourraient être le résultat d'erreurs de capteurs, d'une mystification ou d'une mauvaise perception des observateurs et nécessitent une analyse rigoureuse supplémentaire" selon le rapport. Pour le reste : mystère !

Des vidéos impressionnantes prises par des militaires

L'an dernier, des vidéos prises par des pilotes de l'US Navy ont été révélées par le New York Times. L'une a été filmée en 2004, deux autres en 2015. Elles ont finalement été révélées par l'armée américaine en 2020. Elles montrent des rencontres en vol avec ce qui semble être des objets volants non-identifiés (UFOs en anglais).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

C'est d'ailleurs la raison pour laquelle le Congrès a ordonné à l'exécutif d'informer le grand public sur les activités de l'unité du Pentagone chargée de les étudier et de publier un rapport.

Selon Mark Warner, le président de la commission du renseignement du Sénat, le nombre de ces incidents tend à augmenter depuis 2018. Il ajoute :

"Les États-Unis doivent être capables de comprendre et de réduire les menaces qui pèsent sur nos pilotes, qu'elles proviennent de drones, de ballons météorologiques ou de capacités de renseignement de nos adversaires."

Drones ? Oiseaux ? Menace étrangère ? Petits hommes verts ? 

Certains phénomènes pourraient en effet s'expliquer par la présence de drones ou d'oiseaux créant la confusion dans les systèmes radars des militaires américains. Mais d'autres pourraient découler de tests d'équipements ou de technologies militaires effectués par d'autres puissances, comme la Chine ou la Russie. C'est la principale crainte des services de renseignement américains : que la Chine ou la Russie teste des technologies hypersoniques, se déplaçant à 10, voire 20 fois la vitesse du son, et qui soient très manœuvrables.

"Ces phénomènes aériens non identifiés posent des questions sur la sécurité des vols et sur la sécurité nationale des États-Unis", dit le rapport. "Nous manquons de données indiquant qu'un quelconque objet volant non identifié fait partie d'un programme étranger ou indique une avancée technologique d'ampleur de la part d'un potentiel adversaire."

En tous les cas, une chose est sûre : l'armée américaine n'est pas à l'origine de ces phénomènes. Autrement dit, elle a exclu dans son enquête toute possibilité qu'il s'agisse d'objets ou d'aéronefs utilisés par ses militaires eux-mêmes lors d'entrainements.