quatre ministres démissionnent en égypte
quatre ministres démissionnent en égypte © reuters

L'armée égyptienne laisse 48 heures aux responsables politiques du pays pour "satisfaire les demandes du peuple". Une déclaration saluée par les opposants au président Mohamed Morsi.

C'est au cours d'une intervention télévisée, cet après-midi, que le chef d'état-major de l'armée égyptienne, le général Abdel Fatah al Sisi, a lancé un ultimatum aux responsables politiques.

L'armée, qui dit pourtant ne plus vouloir se mêler de politique, assure qu'elle mettra en oeuvre sa propre feuille de route pour sortir le pays de la crise si aucune solution n'est trouvée d'ici deux jours.

Les explications de Vanessa Descouraux

### Une victoire pour les anti-Morsi Si le général Abdel Fatah al Sisi n'a pas demandé explicitement le départ du président Morsi, il a exigé que soient satisfaites les aspirations du peuple. Il a ajouté que ces revendications ont été exprimées d'une manière "sans précédent" et qu'il n'y avait plus de temps à perdre. Les manifestants de la place Tahrir au Caire ont reçu cette déclaration comme un véritable message de soutien. Après l'explosion de joie, ils se sont mis à scander le nom du général Abdel Fatah al Sisi : > "Morsi n'est plus notre président, Sissi avec nous !" ### La pression se resserre autour de Mohamed Morsi Aujourd'hui quatre ministres du gouvernement de Mohamed Morsi ont demandé à quitter leurs fonctions. Il pourrait s'agir d'un geste de solidarité avec les manifestants, d'après l'agence officielle Mena. L'armée égyptienne parle de "millions" d'opposants hostiles au président Morsi, menés par le mouvement Tamarrod (rebéllion, en arabe). Fort d'une pétition exigeant le départ du président signée par 22 millions d'Egyptiens, le mouvement a lancé un ultimatum sur son site internet, : > Nous donnons à Mohamed Morsi jusqu'à mardi 2 juillet à 17h00 pour quitter le pouvoir et permettre aux institutions étatiques de préparer une élection présidentielle anticipée. En cas de refus, l'opposition prépare une campagne de "désobéissance civile totale". ### Les Frères musulmans pris pour cible Dimanche, une foule d'opposants au régime avait envahi les rues du Caire et de nombreuses villes d'Egyptes pour exiger la chute de Mohamed Morsi et de ses alliés, les Frères musulmans. Hier soir et ce matin, [une centaine de manifestants ont envahi, pillé et en partie incendié le quartier général de la confrérie](http://www.franceinter.fr/depeche-lultimatum-des-egyptiens-a-mohamed-morsi), des heurts qui ont fait cinq morts et des dizaines de blessés. Le porte-parole des Frères musulmans a déclaré qu'ils ne toléreraient plus aucune attaque contre la confrérie dont est issu le président Morsi et envisage la formation de milices d'autodéfense.
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.