Rafales charges de bombes
Rafales charges de bombes © REUTERS/Regis Duvignau

Deux jours après les attentats de Paris qui ont été revendiqués par l'organisation État islamique, la France a bombardé massivement la ville de Raqqa, principal fief du groupe djihadiste en Syrie.

Le ministère de la Défense a annoncé que les frappes françaises, menées en deux vagues, ont permis la destruction de deux camps d'entraînement, d'un commandement, d'un centre de recrutement djihadiste et d'un dépôt d'armes et de munitions.

L'opération a été conduite en coordination avec les forces américaines et planifiée sur des sites préalablement identifiés lors des missions de reconnaissance réalisées par la France. Le raid a impliqué 10 avions de chasse, qui ont été engagés simultanément à partir des Emirats arabes unis et de la Jordanie, et 20 bombes ont été lâchées.

"C'est un acte de guerre commis par une armée terroriste, Daech, une armée jihadiste", avait déclaré le président français François Hollande, en avertissant que son pays serait impitoyable sur tous les terrains, "intérieur comme extérieur".

Ces frappes sont sans commune mesure avec les quatre précédents raids français, qui ont mobilisé beaucoup moins de chasseurs et avaient visé des sites plus au sud en Syrie à Deir Ezzor.

Les explications de Simon Tivolle

On note ce lundi matin que le Groupe Etat islamique réduit ses mouvements à Raqqa après des frappes aériennes menées par des avions français.

Une meilleure coopération

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian et son homologue américain Ashton Carter ont convenu dimanche, lors d'un entretien téléphonique, d'augmenter le partage de renseignement. Dans l'entourage du ministre de la Défense on note que depuis deux jours, le travail est "beaucoup plus nourri" avec les Etats-Unis pour l'identification des cibles, et qu'un "certrain nombre de malentendus" se sont dissipés.

La France va aussi déployer en décembre le porte-avions Charles-de-Gaulle dans le Golfe qui, avec 24 appareils à bord, triplera sa capacité de frappes.

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.