Manifestation à Washington devant l'ambassade du Nigéria
Manifestation à Washington devant l'ambassade du Nigéria © REUTERS/Gary Cameron

Selon Amnesty International, l'armée nigériane avait été informée des intentions de la secte islamiste Boko Haram avant l'enlèvement de 276 lycéennes à Chibok dans le nord-est du pays. L'ONG se base sur des témoignages recueillis sur place.

Selon l'organisation de défense des droits de l'homme, le quartier général de l'armée avait eu connaissance du raid mené sur Chibok près de quatre heures avant l'attaque. Mais l'armée n'a pas pu mobiliser les forces nécessaires à contrer l'attaque. Les 17 soldats basés à Chibok ont été contraints de s'enfuir.

Les explications de la présidente d'Amnesty International France Geneviève Garrigos jointe par Julie Pietri

►►► ALLER PLUS LOIN | Boko Haram revendique le rapt de plus de 200 lycéennes

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.