Selim Idriss, général de l'Armée syrienne libre
Selim Idriss, général de l'Armée syrienne libre © Radio France

C'est une annonce du chef des rebelles, le général Salim Idriss. Il estime que les conditions ne sont pas réunies pour organiser des pourparlers et ne compte pas arrêter les combats pendant les discussions.

Les conditions ne sont pas réunies pour organiser les pourparlers de Genève 2 à la date indiquée. Nous, en tant que force militaire et révolutionnaire, ne participerons pas à la conférence. Nous ne cesserons pas le combat pendant la conférence de Genève et après celle-ci. Ce qui nous préoccupe, c'est d'acquérir les armes dont nos combattants ont besoin

Si l'ALS refuse de participer à Genève 2, la Coalition nationale syrienne soutient la tenue de la conférence. En revanche, sur le terrain, la colaition n'est pas soutenue. De son côté, m'Armée syrienne libre est composée de plusieurs unités rebelles. Malgré le soutien des occidentaux, son influence sur le terrain est en baisse au profit des brigades islamistes.

Les rebelles syriens
Les rebelles syriens © Radio France

L'Iran a accepté le principe de la conférence. Le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif s'est exprimé :

La participation de l'Iran à Genève II constitue à notre sens une contribution importante au règlement du problème. Nous avons toujours dit que si l'Iran était invité, nous participerions sans aucun préalable

L'Onu n'a pas précisé si l'Iran ferait partie des participants à la conférence.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.