[scald=205509:sdl_editor_representation]AMMAN (Reuters) - L'armée syrienne a relancé son offensive contre des bastions rebelles de la ville de Homs, dans le centre du pays, dépêchant des milliers de miliciens progouvernementaux pour tenter de sécuriser un passage pour ses forces, a-t-on appris vendredi auprès de l'opposition.

Quelque 15.000 civils sunnites sont pris au piège vendredi à la périphérie sud et ouest de l'agglomération à proximité de l'intersection des grands axes nord-sud et est-ouest, cruciaux pour permettre aux forces fidèles au président Bachar al Assad de se rendre de Damas à la côte méditerranéenne, disent les activistes à Homs.

Cette localité, une ville peuplée majoritairement de sunnites qui constitue un important centre commercial et agricole, est située à 140 km au nord de la capitale.

Selon les militants, les bombardements à la roquette et au canon effectués par l'armée ainsi que les raids aériens ont fait au moins 120 victimes parmi les civils et 30 morts chez les insurgés depuis dimanche.

Ces sources précisent que des miliciens "chabiha" ont tué une centaine d'hommes, de femmes et d'enfants de confession sunnite lorsqu'ils se sont emparés il y a dix jours d'un secteur des environs.

Nader al Husseini, un militant joint par téléphone dans le secteur occidental de Homs, a déclaré qu'au moins 10.000 "chabiha" avaient été amenés de la ville portuaire de Tartous pour renforcer l'armée régulière.

"Ils sont déployés derrière les unités de l'armée et s'illustrent en pillant et en tuant des civils"", dit-il en faisant état notamment parmi les victimes des miliciens d'une famille de cinq personnes à Nakira.

Husseini a ajouté qu'un centaine de civils blessés étaient pris au piège dans le quartier de Kafar Aya, dans l'ouest de Homs. Les rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) n'ont pas réussi à négocier un accord pour obtenir leur évacuation.

Homs est au coeur du soulèvement armé, qui a fait quelque 60.000 morts depuis mars 2011, contre le régime, qui s'appuie sur la communauté alaouite dont sont issus le chef de l'Etat et son clan familial.

Khaled Yacoud Oweis, Jean-Loup Fiévet pour le service français

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.