Les séparatistes pro-russes font face à l'avancée des troupes ukrainiennes à Donetsk
Les séparatistes pro-russes font face à l'avancée des troupes ukrainiennes à Donetsk © Reuters / Maxim Zmeyev

Les forces militaires de Kiev poursuivent leur reconquête de l'est du pays, encore aux mains des séparatistes pro-russes. Les combats sont très violents aux portes de Donetsk.

Une semaine après la prise de Slaviansk, la reconquête par les forces armées ukrainiennes se poursuit. L'armée de Kiev a gagné 110 kilomètres pour atteindre Donetsk, l'un des derniers bastions séparatistes. Depuis jeudi soir, des combats à l'artillerie lourde opposent les deux camps autour de l'aéroport, inutilisé depuis trois mois. Les installations auraient été gravement touchées. L'armée ukrainienne a pour mission d'encercler, sans bombarder, cette ville d'un million d'habitants, grande comme trois fois Paris.

Des dizaines de morts

Le bilan à Donetsk est difficile à estimer mais plusieurs dizaines de séparatistes auraient été tués. 70.000 personnes auraient quitté la ville pour se rendre dans des zones plus sûrs. Alexandre Borodaï, le Premier ministre autoproclamé de la "République populaire de Donetsk", ne compte pas abandonner la ville et se dit déterminé "à défendre le territoire contre l'occupation".

Pas de solution diplomatique

Si les forces de Kiev progressent, elles ont tout de même essuyé d'importantes pertes humaines : 23 soldats ont été tués ces dernières heures dont 19 après des tirs de roquettes à Rovenki, dans la région de Lougansk. Le président ukrainien Pétro Porochenko n'a pas tardé à répliquer :

Pour chaque mort parmi nos militaires, les combattants paieront par des dizaines et des centaines des leurs.

Cette escalade de la violence écarte encore davantage une solution diplomatique. Aucun progrès dans les discussions entre l'Ukraine, la Russie et les Occidentaux n'a été noté ces dernières heures et le cessez-le-feu n'est toujours pas d'actualité.

Les pro-russes se regroupent à Donetsk
Les pro-russes se regroupent à Donetsk © Idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.