La piste terroriste est privilégiée. Avant l'Arena Manchester, d'autres lieux de fêtes et de musique ont été touchés par des attentats à Nice, Berlin, Orlando et Paris.

Les secours devant l'Arena Manchester
Les secours devant l'Arena Manchester © AFP / PAUL ELLIS

Orlando en juin 2016

A Orlando, en Floride, 49 personnes ont été tuées lors d'une fusillade dans une boîte de nuit gay. C'est la plus grave fusillade de l'histoire des Etats-Unis. L'auteur, Omar Mateen, un citoyen américain d'origine afghane, né en 1986, a prêté allégeance au groupe Etat islamique au moment de son acte.

Equipé d'un fusil d'assaut et d'une arme de poing, il a attaqué le Pulse et pendant trois heures, pris les occupants en otages. Les forces de l'ordre ont tenté de négocier avec lui avant de donner l'assaut et de l'abattre. Le Pulse a été transformé en musée et lieu de recueillement.

A Nice, tragique fête nationale

A la fin du feu d'artifice du 14 juillet 2016 à Nice, un homme a foncé dans la foule rassemblée sur la Promenade des Anglais, au volant d'un poids lourd. 30 000 personnes étaient rassemblées sur les lieux. Il y a eu 86 morts, dont dix adolescents et enfants, et 202 blessés.

Novembre 2016, un camion fonce dans le marché de Noël de Berlin

Lundi 19 novembre 2016 un poids lourd fonce sur le marché de Noël de la place Breitscheidplatz, au coeur de Berlin. 12 morts. La traque contre le chauffeur se poursuit jusqu'au vendredi 23 décembre. l'auteur de l'attentat est à Milan.

La nuit parisienne endeuillée le 13 novembre 2015

Le 13 novembre 2015, un commando djihadiste a attaqué Le Bataclan, emblématique salle de concerts parisienne. 90 spectateurs sont tués par trois terroristes lors d’une interminable prise d'otages. Parallèlement deux autres commandos agissaient dans les rues de Paris et aux abords du Stade de France.

En fusillant les clients des brasseries Le Carillon, Le petit Cambodge, la Bonne bière, la Belle équipe et le comptoir Voltaire, les terroristes ont fait au total 130 victimes et plus de 400 blessés. Dans un communiqué le groupe Etat islamique avait décrit Paris comme "la capitale des abominations et de la perversion"

► Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.