L'attentat à la camionnette perpétré mardi à New York, 16 ans après le 11-Septembre, semble avoir été commis par un homme seul, un Ouzbek de 29 ans blessé par la police et interpellé. Le suspect aurait crié "Allah Akbar" en sortant du véhicule et une note où il prête allégeance au groupe État islamique a été retrouvée.

La police n'a pas dévoilé son identité mais, de source proche de l'enquête, on indique qu'il s'appelle Sayfullo Habibullaevic Saipov et qu'il n'a pas la nationalité américaine.
La police n'a pas dévoilé son identité mais, de source proche de l'enquête, on indique qu'il s'appelle Sayfullo Habibullaevic Saipov et qu'il n'a pas la nationalité américaine. © Reuters / Andrew Kelly

Le président américain Donald Trump a ordonné mardi soir un renforcement du contrôle des étrangers souhaitant pénétrer aux États-Unis après l'attaque meurtrière dans laquelle huit personnes ont été tuées en plein Manhattan. 

"Nous ne devons pas permettre à l'EI de revenir ou d'entrer dans notre pays après les avoirs vaincus au Moyen-Orient et ailleurs. Assez !", a déclaré M. Trump sur Twitter.

Plusieurs médias ont indiqué que le chauffeur de la camionnette, un Ouzbek arrivé aux Etats-Unis en 2010, avait crié "Allah Akhbar" ("Dieu est grand") en sortant de son véhicule. Une note où il prête allégeance au groupe État islamique aurait été retrouvée à bord de son pick-up.

Si la piste djihadiste était avérée, ce serait la première fois que Donald Trump est confronté à un attentat de ce genre d'une telle gravité depuis son arrivée à la Maison Blanche.

Une note d'allégeance à l'organisation EI

L'identité du suspect n'a pas été diffusée par les autorités. La police, qui a précisé qu'il avait été touché par balle au ventre et hospitalisé, a simplement indiqué qu'il avait 29 ans et qu'elle ne recherchait pas d'autre suspect. 

Selon plusieurs médias américains, il s'agirait de Sayfullo Habibullaevic Saipov, un Ouzbek habitant dans le New Jersey (est), où la camionnette avait été louée. Il disposait d'un titre de séjour permanent, la fameuse "carte verte", et travaillait comme chauffeur pour Uber, selon le New York Times, en précisant qu'il avait déjà "été sous le radar" de la police. Plusieurs journalistes rapportent qu'il aurait été opéré en soirée et que son pronostic vital ne serait pas engagé. 

Saipov serait connu pour une série d'infractions au code de la route, selon la presse et selon certains documents judiciaires. Dans une affaire, il s'est fait arrêter en Pennsylvanie pour avoir utilisé une remorque trop longue et pour avoir conduit avec un permis inadéquat, selon les fichiers judiciaires de cet État. 

© Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.