La flambée de l’épidémie de Covid-19 impose à l’Autriche un nouveau confinement à partir de lundi et pour 20 jours. En Allemagne, les non-vaccinés ne pourront plus accéder aux bars, discothèques ou encore aux restaurants dans certaines régions, où le nombre de cas de Covid explose.

Un panneau affiche les règles pour entrer sur le marché de Noël de Salzbourg, le 19 novembre 2021.
Un panneau affiche les règles pour entrer sur le marché de Noël de Salzbourg, le 19 novembre 2021. © AFP / Barbara Gindl

La nouvelle vague de Covid qui s'abat sur l'Europe entraîne une série de restrictions assez dures dans plusieurs pays. La Belgique va généraliser le port du masque et rendre le télétravail obligatoire pour les emplois qui le permettent, l'Allemagne va interdire l'accès de lieux publics aux non vaccinés et l'Autriche va reconfiner sa population et rendre la vaccination obligatoire au 1er février?

Obligation vaccinale au 1er février en Autriche

C’est une première en Europe et cela rappelle de mauvais souvenirs. L’Autriche décide de se reconfiner, pour 20 jours maximum. Et personne n'y coupera, pas même les personnes vaccinées. Le chancelier Alexander Schallenberg l’a annoncé lors d’une conférence de presse ce lundi matin. Une obligation vaccinale sera également instaurée à compter du 1er février.

Le nombre de contaminations ne cesse d’augmenter depuis le début de l’automne, pour atteindre 15 000 nouveaux malades en 24 heures le 18 novembre-. C’est du jamais-vu dans ce pays de 8,9 millions d’habitants. Le précédent pic datait de novembre 2020, et il y avait alors eu jusqu'à 9 200 cas recensés en 24 heures. Près de 64% de la population autrichienne est vaccinée.

Il faut "regarder la réalité en face", a déclaré le chancelier conservateur Alexander Schallenberg lors d'une conférence de presse dans le Tyrol, après des discussions avec l'ensemble des gouverneurs de régions. "Malgré des mois de persuasion, nous n'avons pas réussi à convaincre suffisamment de gens à se faire vacciner", a-t-il souligné, déplorant la surcharge actuelle des unités de soins intensifs.

En Allemagne, 65 000 cas pas jour

En Allemagne, l'épidémie de Covid-19 atteint aussi des sommets. Conséquence : dans le pays, la population non-vaccinée sera exclue de certains lieux publics, car le nombre de malades explose. C'est ce qu'annonce la chancelière Angela Merkel ce jeudi, après une réunion d’urgence avec les dirigeants de régions.

Le 17 novembre, le pays a recensé plus de 65 000 nouvelles contaminations. Un record dans le pays depuis… le début de la pandémie. "Nous avons besoin de mettre rapidement un frein à la hausse exponentielle" des nouvelles infections et l’occupation des lits en soins intensifs affirme la chancelière. "Nombre de ces mesures ne serait pas nécessaire si davantage de personnes étaient vaccinées. Et il n'est pas trop tard pour se faire vacciner". En Allemagne, le taux d’incidence dépasse les 300 cas pour 100 000 habitants. Environ 66% de la population est complètement vaccinée. C’est dix points de moins qu’en France.

Des mesures étaient déjà en vigueur dans certaines régions, mais elles seront étendues à l’ensemble du territoire. Les mesures de restrictions seront appliquées en fonction du nombre de malades recensés. La règle dite du "2G" sera mise en place, comme c’est déjà le cas à Berlin. Elle autorise seulement les vaccinés ("geimpfte") et les guéris ("genesene") à accéder à des lieux publics comme des restaurants ou salles de concert. Cette règle sera appliquée dès que le seuil d'hospitalisation dépasse trois malades du Covid pour 100.000 habitants, ce qui est déjà le cas dans douze des seize États régionaux du pays.

Concrètement, la présentation d’un test négatif ne suffit plus si la personne n’est pas vaccinée.

Restrictions pour les musées, restaurants, bars...

Quand une région recense six malades pour 100 000 habitants, les vaccinés et les guéris devront, en plus de leur certificat, avoir un test négatif pour accéder à une liste d'établissements. Des fermetures de magasins, restaurants ou bars dans les régions ne sont pas exclus en dernier recours. Les écoles restent ouvertes, mais des tests réguliers sur les enfants seront réalisés.

Dans le Bade-Wurtemberg, dont la plus grande ville est Stuttgart, les musées et les restaurants ne sont accessibles qu'aux personnes guéries et aux personnes vaccinées. À Hambourg, ceux qui refusent la vaccination se verront privés de bars et de discothèque.

D’après le journal Bild, la Saxe réfléchit à rétablir un confinement partiel, en fermant les salles de spectacle, les enceintes sportives, les bars et les discothèques. Cet État est à la fois celui qui a le taux de vaccination le plus faible et le taux d’incidence le plus élevé. 

Autre mesure d’ampleur, tous les personnels des hôpitaux et des maisons de retraite devront obligatoirement être vaccinés. La date d’entrée en vigueur n’est pas encore fixée. Angela Merkel s’était jusqu’à présent interdit de prendre cette décision.