L'opposant Alexeï Navalny a été placé en réanimation dans un hôpital en Sibérie, après avoir fait un malaise à bord de l'avion qui l'amenait à Moscou. Son entourage dénonce un empoisonnement intentionnel. Le poison, une tradition russe, selon Michel Eltichaninoff, spécialiste de la Russie.

Alexeï Navalny , principal opposant russe, actuellement hospitalisé en soins intensifs en Sibérie
Alexeï Navalny , principal opposant russe, actuellement hospitalisé en soins intensifs en Sibérie © Getty / Vladimir Gerdo

Alors que le leader d'opposition Alexeï Navalny est en soins intensifs après avoir été apparemment empoisonné, on se souvient que ce n'est pas la première fois que des scénarii ou des soupçons d'empoisonnement sont évoqués. En 2006 par exemple, l'ancien agent des services secrets Alexandre Litvinenko était mortellement empoisonné, quelques jours après s'être, selon son père, converti à l'islam. Trois questions à Michel Eltichaninoff, spécialiste de la Russie, auteur de "Dans la tête de Vladimir Poutine" paru aux éditions Actes Sud.

FRANCE INTER : L’empoisonnement a-t-il déjà été utilisé en Russie ?

MICHEL ELTICHANINOFF : "L’empoisonnement politique est une pratique ancienne en Russie, notamment au XXe siècle. En 1921, Lénine a créé un laboratoire des poisons qui permettait de fabriquer des substances visant à l’élimination d’opposants politiques. Ce qui se fera pendant tout le XXe siècle. Et dans l’histoire récente, il y a beaucoup de cas d’empoisonnements politiques dus aux services secrets russes."

Y a t-il eu des empoisonnements qui ressemblent à ce qui a pu arriver à Navalny ?

"En 2018, Serguei Skripal a été empoisonné en Angleterre. Cet ancien agent double a été "puni", empoisonné par un puissant agent innervant issu d’un programme chimique soviétique. Alexandre Litvinenko, un ancien agent russe, a été lui assassiné en 2008 au polonium, un métal radioactif. Je pense aussi à la journaliste russe Anna Politkoskaïa. En 2006 elle avait pris un vol intérieur entre deux villes russes, comme aujourd’hui Navalny. On lui avait servi du thé parce que vous savez que les Russes adorent le thé. Son thé avait été empoisonné,  Anna Politkskaia n’est pas morte de cette intoxication mais c’était une manière de l’intimider. 

L’empoisonnement vise soit à tuer, soit à intimider comme pour Anna, soit aussi à défigurer. Je pense au candidat à l’élection ukrainienne démocrate de 2004, Viktor Iouchtchenko qui était très bel homme a été totalement défiguré après avoir été empoisonné avec de la dioxine. Donc l’empoisonnement est une arme maniée très régulièrement par les services secrets russes."

Pourquoi à votre avis Navalny a pu être empoisonné ?

"Bien qu’il soit encore trop tôt pour faire une analyse politique sur le possible empoisonnement de Navalny, le principal opposant russe, il intervient à un moment précis, avec la crise biélorusse et un risque de contagion entre l’opposition biélorusse et par ailleurs, au moment où en Russie les mouvements de mécontentement sont de plus en plus fréquents, notamment dans l’extrême orient. Donc on peut se demander si de la part des autorités russes, il n’y a pas une volonté d’intimidation, une manière de dire 'attention si vous aussi essayez de jouer un scénario biélorusse, si vous voulez organiser des manifestations anti-pouvoir et bien sachez que les méthodes employées seront terribles'. Je crois malheureusement que le moment  n’est pas totalement contingent, il y a un lien à faire entre cette volonté de dire aux opposants russes 'vous êtes menacés' afin d’éviter toute contagion qui viendrait de Biélorussie." 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.