au moins 50 français dans l'avion d'air algérie disparu
au moins 50 français dans l'avion d'air algérie disparu © reuters

L'Elysée a annoncé dans la nuit que l'appareil qui s'était écrasé ce jeudi avait été localisé. Des troupes françaises ont été envoyées sur place. Il y a 118 victimes dont 51 Français. Le gouvernement exclut l'hypothèse d'un tir de missile.

C'est le général burkinabé Gilbert Diendiéré qui a annoncé la mauvaise nouvelle ce jeudi soir, confirmée quelques heures plus tard par l'Elysée. L'épave du vol d'Air Algérie AH 5017 a été retrouvée au Mali, dans la région de Gossi "à proximité de la frontière avec le Burkina Faso", selon le communiqué de l'Elysée. C'est à environ 100 kilomètres au sud-ouest de Gao.

►►►A VOIR|Les analyses de Michel Polacco, spécialiste aéronautique de Radio France et d'Antoine Glaser, fondateur de la Lettre du Continent

Réunion de crise à l'Elysée

Toujours selon l'Elysée, "l'appareil a été clairement identifié malgré son état désintégré [...] Un détachement militaire français a été envoyé sur place pour sécuriser le site et recueillir de premiers éléments d'information".

L'avion d'Air Algérie devait relier Ouagadougou au Burkina Faso à Alger. Il transportait 118 passagers dont 51 Français. Des enquêteurs du Burkina Faso ont indiqué avoir vu les restes de l'avion, complètement brûlés et éparpillés sur le sol. Ils n'ont pas trouvé de survivants.

Ecoutez le général Gilbert Diendéré :

Une nouvelle réunion de crise a eu lieu ce vendredi matin à l'Elysée avec François Hollande, son Premier ministre Manuel Valls, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, celui de la Défense, Jean-Yves le Drian, de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve et des Transports, Frédéric Cuvillier. Le chef de l'Etat dit n'écarter aucune piste. Selon François Hollande, une boîte noire a déjà été récupérée et acheminée à Gao, au Mali.

Pas de certitudes sur le scénario

Pour l'instant, il est difficile de privilégier une hypothèse pour expliquer ce crash. L'équpage de cet avion, qui appartient à la compagnie espagnole Swift Air, a demandé à changer de route "en raison de conditions de météo particulièrement difficiles", a expliqué François Hollande ce jeudi soir. La météo, cause privilégiée par Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur :

Nous pensons que cet avion s'est abîmé pour des raisons qui tenaient aux conditions météorologiques mais aucune hypothèse ne peut être écartée"

Chez nos confrères de France Info, Frédéric Cuvillier a exclu l'hypothèse d'un tir de missile : "les débris sont sur une zone concentrée. Ce qui pourrait indiquer que l'épave s'est écrasée au sol.

►►►A ECOUTER|"Une bombe à bord ou des conditions météo désastreuses" d'après Jean Serrat, ancien commandant de bord

Jean-Dominique Merchet, journaliste spécialisé dans les questions de Défense pour le journal l'Opinion, ne croit pas non plus à un tir de missile . Pour lui, les groupes terroristes de la région n'ont pas les moyens de tirer sur un avion.

Les groupes terroristes dans le Sahel n'ont pas de missiles sol-air.

Des familles détruites

De nombreuses familles ont passé la journée de jeudi à attendre, dans l'angoisse, la mauvaise nouvelle. Parmi les victimes françaises, de nombreux expatriés, des travailleurs humanitaires ou encore des touristes. Ces familles seront accueillies ce samedi au Quai d'Orsay, annonce François Hollande. Fleur Pellerin, la secrétaire d'Etat aux Français de l'étranger est attendue à Ouagadougou ce vendredi. Le reportage de Géraldine Hallot :

►►►A ECOUTER AUSSI|Le zoom de la rédaction avec les proches des victimes du vol AH5017

L'épave de l'avion d'Air Algérie localisée au Mali
L'épave de l'avion d'Air Algérie localisée au Mali © Idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.