Samedi, les médecins de Donald Trump ont déclaré que le président des États-Unis, testé positif à la Covid-19 et hospitalisé vendredi, allait mieux. Mais d'autres sources annoncent un diagnostic moins optimiste. Des doutes planent également sur la date du test positif du chef de l'État américain.

Les médecins de Donald Trump sont intervenus samedi pour faire un point sur son état de santé
Les médecins de Donald Trump sont intervenus samedi pour faire un point sur son état de santé © AFP / Brendan Smialowski

"Ce matin, le président va très bien" : c'est ce qu'a déclaré, samedi matin, le médecin Sean Conley, devant l'hôpital militaire de Walter Reed, près de Washington. Le président Donald Trump y est hospitalisé depuis vendredi soir, quelques heures après avoir annoncé que lui et sa femme avaient été testés positifs à la Covid-19. 

Entouré de neuf médecins et infirmières, le médecin de la Maison-Blanche a expliqué que Donald Trump avait souffert de fièvre, de toux, de fatigue et d'une légère congestion nasale. Mais ces symptômes "se réduisent et s'améliorent", a-t-il ajouté. En revanche, le médecin s'est montré plus évasif sur la question de savoir si le président avait été placé sous oxygène : il a assuré qu'il ne l'était "pas actuellement", mais a été plus évasif quant au fait qu'il l'ait été précédemment. 

Une source anonyme

Surtout, quelques minutes à peine après cette intervention, les médias américains ont cité "une source ayant connaissance de son état de santé", qui s'est montrée beaucoup plus réservée sur son état de santé : "Les signes vitaux du président ces dernières 24 heures ont été très inquiétants, et les 48 prochaines heures seront critiques en termes de soins. Nous n'avons toujours pas emprunté une voie claire vers le rétablissement", déclare cette source. Les journalistes chargés du suivi de la Maison-Blanche ignorent qui en est l'auteur, mais le message semble avoir été envoyé par la liste de distribution "officielle" du pool de journalistes accrédités par la présidence.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Donald Trump est soigné par un traitement expérimental, basé sur des anticorps de synthèse, qui ont jusqu'à présent donné des essais cliniques concluants. Il a également reçu du remdesivir, premier médicament autorisé contre les formes graves de la Covid-19. En revanche, il n'est plus traité à l'hydroxychloroquine. 

Dépistage mercredi ou jeudi ?

L'autre élément qui a semé le trouble est une autre déclaration du médecin de Donald Trump qui a évoqué une durée de "72 heures" depuis le diagnostic. Ce qui aurait fait remonter le test positif à mercredi et non jeudi – or mercredi, le président a participé à plusieurs événements publics dans le cadre de sa campagne. Les services de la présidence ont rapidement rétropédalé, en affirmant que le Dr. Conley parlait en réalité du "troisième jour" depuis son test positif. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

La question d'une possible contamination de Joe Biden mardi, lors du débat télévisé à un mois de l'élection présidentielle, est notamment posée : le candidat démocrate a été testé deux fois négatif, mais il reste possible que le virus ne soit pas encore détectable au moment des tests. Par ailleurs, dans l'entourage du président, la liste des contaminations s'allonge, de son épouse Melania à plusieurs sénateurs républicains et journalistes accrédités. Ce samedi, le sénateur Ron Johnson et le conseiller Chris Christie ont également été testés positifs.