Une manifestation de soutien à Israël à St-Petersbourg (07/14)
Une manifestation de soutien à Israël à St-Petersbourg (07/14) © ZUMA PRESS/MAXPPP / ZUMA PRESS/MAXPPP

Le gouvernement de Netanyahu a approuvé un projet de loi instaurant le statut légal d'Israël comme l'État-nation du peuple juif. Selon ses adversaires, cette mesure affaiblit les fondements démocratiques du pays et les droits de sa minorité arabe.

Les partisans de cette mesure, y compris le Premier ministre Netanyahu, ont promis que le projet de loi qui a accentué les divisions au sein de la coalition gouvernementale garantirait une égalité complète entre tous les citoyens israéliens . La rédaction finale du projet n'est pas encore achevée mais le ministre de la Justice a mis en garde contre la tentation de donner aux valeurs juives, fondées sur la religion et l'histoire, une prééminence sur les principes démocratiques garantis par les pouvoirs législatif et judiciaire.

Cette initiative était soutenue par les ministres de la droite et de l'extrême-droite face à leurs collègues du centre. Par 15 voix contre sept, le gouvernement a approuvé trois versions du projet de loi qui pourraient être fusionnées ultérieurement. Le texte sera déposé sur le bureau du parlement mercredi pour une ratification préliminaire.

Créer un nouvel outil juridique pour rééquilibrer les décisions trop égalitaires de la Cour suprême. C'est l'objectif de ce texte. Les précisions à Jérusalem de Sébastien Laugénie.

Les députés arabes refusent "un projet de loi raciste"

Les Palestiniens ont rejeté la demande de Benjamin Netanyahu de reconnaître Israël comme un État juif, affirmant que cela empêcherait les réfugiés palestiniens d'exiger un retour sur les territoires qu'ils ont été contraints de quitter en raison de conflits armés. Les députés de la minorité arabe israélienne ont qualifié ce projet de loi de raciste , notant que l'une des moutures du texte fait de l'hébreu la seule langue officielle d'Israël et réduit l'arabe à un "statut particulier".

Netanyahu a proposé sa propre version du texte, établissant 14 principes qui affirment que "l'État d'Israël est démocratique et fondé sur les principes de liberté, de justice et de paix conformes aux conceptions des prophètes d'Israël". Le projet du chef de gouvernement, qui a été diffusé dans la presse, promet de "garantir les droits individuels de tous les citoyens d'Israël", mais il ajoute queseuls les juifs ont un droit à l'auto-détermination dans l'État d'Israël .

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.