le portugal à la rescousse de banco espirito santo
le portugal à la rescousse de banco espirito santo © reuters

La banque va être scindée en deux parties : la partie saine, recapitalisée à hauteur de 4,9 milliards d'euros, les actifs toxiques seront remisés au sein d'une structure chargée de les liquider. Ce plan est censé préserver l'existence de la première banque portugaise, qui a publié mercredi dernier une perte de 3,6 milliards d'euros au premier semestre.

En volant au secours de la banque, mise à mal par les déboires financiers de la famille Espirito Santo, le gouvernement cherche à éviter que l'affaire ne contamine l'ensemble du secteur financier du Portugal, voire de l'Europe. Le gouvernement va puiser dans l'enveloppe de 12 milliards d'euros réservée aux banques dans le cadre du plan de sauvetage du Portugal négocié avec la troïka (UE-FMI-BCE), dont il restait 6,4 milliards d'euros.

La Commission européenne a donné son feu vert dans la nuit de dimanche au sauvetage imaginé par Lisbonne, et conforme aux règles européennes. La solution trouvée "contribuera à rétablir la confiance dans la stabilité du système financier" du Portugal, a estimé la Commission européenne.

Les turbulences que traverse BES avaient semé la panique sur les marchés européens début juillet, faisant ressurgir le spectre de la crise de la dette en zone euro.

Les marchés ne sont pas les seuls à être inquièts, Les portugais se pressent aux guichets pour retirer leurs économies. A Lisbonne, la corresponance d'Olivier Bonamici

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.