Traiskirchen autriche camp
Traiskirchen autriche camp © MaxPPP / EPA/MAXPPP

Depuis janvier, 185 000 demandes d’asile ont été déposé en Europe. Un afflux de migrants que certains pays, comme la Grèce ou l’Italie, peinent à accueillir. A Traiskirchen en Autriche, la situation est devenue "dramatique" rapporte Amnesty International.

Dans le plus grand centre de premier accueil de demandeurs d'asile d’Autriche, à Traiskirchen, près de Vienne, la "situation humanitaire est dramatique". Plus de 4 000 personnes vivent depuis une semaine dans un camp qui ne comporte pourtant que 1 800 places. Plus de 1 500 personnes sont contraintes de dormir à la belle étoile ou dans des bus, en pleine période de canicule. Amnesty International parle d’"un scandale en matière de droits de l'homme"

Pour Jean-François Dubost, responsable du programme immigration d'Amnesty International France, c'est surtout le manque d'anticipation de nombreux pays européens qui conduit à cette situation.

Parmi les migrants présents à Traiskirchen, plusieurs centaines de mineurs livrés à eux-mêmes. L’Autriche avait pourtant essayé, il y a deux semaines, de ne plus accepter de nouveaux migrants à Traiskirchen, mettant en avant les risques sanitaires. Mais des milliers d’entre eux continuent d’afflue, venant principalement de Syrie, d'Irak ou d'Afghanistan.

"Affronter ce problème d'une façon décente, civilisée et européenne"

Traiskirchen autriche camp
Traiskirchen autriche camp © MaxPPP / EPA/MAXPPP

Face à cette situation humanitaire et sanitaire déplorable, Dimitris Avramopoulos, Commissaire européen, a demandé à chaque pays, lors d’une conférence de presse aujourd’hui à Bruxelles, d’accueillir les migrants de façon "décente" et "civilisée".

L'Europe "a du mal à gérer les importants afflux de personnes cherchant refuge dans nos frontières", a constaté le commissaire Dimitris Avramopoulos. Or l'Union européenne est notamment construite sur le principe de "solidarité avec ceux qui sont dans le besoin". "Ce sont des êtres humains, des gens désespérés. Ils ont besoin de notre aide et de notre soutien", a-t-il martelé.

50 000 demandeurs d’asile en Grèce pour le seul mois de juillet

La Grèce, dont Dimitris Avramopoulos est originaire, a accueilli 50 000 demandeurs d'asile en juillet, contre 6 000 en juillet 2014. Le pays, éligible à une aide de 30 millions d'euros de la part de Bruxelles dès qu'il en aura fait la demande formelle, va pouvoir envoyer 16 000 réfugiés vers d'autres pays européens en vertu d'un accord a minima sur la réinstallation trouvé en juillet, a expliqué M. Avramopoulos.

En juiller dernier, Les Vingt-Huit n'étaient pas parvenus à s'entendre sur la répartition de 40 000 demandeurs d'asile entre les différents pays de l'Union européenne au cours des deux prochaines années et ont remis une décision finale à la fin de l'année.

migrants grece
migrants grece © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.