Ça n'était jamais arrivé dans l'histoire de ces deux pays : dans la nuit de lundi à mardi, les présidents américain et nord-coréen se sont rencontrés à Singapour. Les deux chefs d'Etat ont échangé une très attendue poignée de main, avant d'entamer des discussions avec leurs conseillers respectifs.

La poignée de main historique entre Kim Jong-Un et Donald Trump
La poignée de main historique entre Kim Jong-Un et Donald Trump © AFP / Saul Loeb

L'instant historique a eu lieu vers 3h04 (heure française) devant des caméras du monde entier : Donald Trump et Kim Jong-un, les présidents des Etats-Unis et de la Corée du Nord, se sont échangés une poignée de main. Dans une ambiance plutôt décontractée, "Ravi de vous rencontrer, monsieur le président", a lancé le leader nord-coréen ; "Nous allons avoir une relation formidable", a déclaré son homologue américain quelques minutes plus tard. 

"Les vieux préjugés et les habitudes anciennes ont été autant d'obstacles, mais nous les avons tous surmontés pour nous retrouver ici aujourd'hui". (Kim Jong-un)

Après cette poignée de main entre les deux hommes que plus de trente ans séparent, ils se sont retrouvés dans un salon de l'hôtel de Singapour dans lequel ce sommet est organisé, en tête-à-tête, seulement en présence de leurs interprètes. Ils ont par la suite entamé une deuxième réunion, cette fois entourés de leurs conseillers. A la mi-journée, ils devaient échanger un déjeuner de travail au menu américano-coréen (et quelques touches de cuisine française). 

POUR ALLER PLUS LOIN : Antoine Bondaz : "Entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, les négociations ne font que commencer"

Malgré l'aspect détendu de cette rencontre, l'enjeu des négociations n'en est pas moins important, et de nombreuses interrogations subsistent sur ce qu'il adviendra de ce sommet, où la dénucléarisation de la Corée du Nord devrait être la principale question abordée. "Nous verrons si Kim Jong-un lui accordera autre chose que quelques amabilités superficielles et de belles images de télévision", a déclaré l'ancienne spécialiste de l'Asie au Pentagone, Kelly Magsamen. 

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, qui a déjà rencontré Kim Jong-un deux fois, s'est dit très optimiste. Pyongyang s'est d'ores et déjà dit favorable à une dénucléarisation sur le principe, mais est resté très vague sur les contours de celle-ci. Autre enjeu de taille : en finir enfin avec la guerre de Corée, en posant les bases pour un traité de paix entre les deux Etats de la péninsule coréenne, techniquement toujours en conflit, puisque seul un armistice avait été signé. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.