Le sauvetage des passagers du ferry se poursuit
Le sauvetage des passagers du ferry se poursuit © Ap/Sipa

Alors qu'il reste ne reste enfin plus personne à bord du ferry, huit corps ont été retrouvés. Le parquet de Bari a ouvert une enquête criminelle pour tenter d'éclaircir les circonstances de l'incendie en pleine mer

Le procureur Giuseppe Volpe a annoncé l'ouverture de cette enquête après s'être rendu auprès de la capitainerie du port de Bari, où sont arrivés lundi une cinquantaine de rescapés de cet incendie.

Après le coprs retrouvé dimanche, sept autres cadavres ont été repéchés, pourtant à huit le nombre de morts.

Les opérations de secours auront donc duré 36 heures, en mer Adriatique, pour évacuer les passagers qui avaient trouvé refuge sur le pont, du navire. Les secours ont du hélitreuiller les passagers un par un. Six hélicoptères de la marine italienne ont assuré les évacuations, avec un maximum de six ou sept personnes par rotation et des conditions encore plus délicates de nuit. Les passagers ont été transférées à bord d'un navire voisin, car la mer houleuse entre la Grèce et l'Italie empêche les bateaux d'approcher du ferry à la dérive ou de le remorquer.

Parmi les rescapés, la famille Coissard : Olivier, sa femme et leurs deux enfants de 8 et 10 ans quittaient la Grèce pour l'Italie. Olivier Coissard raconte l'évacuation à Eric Le Bihan

1 min

S Coissard / rescapé du ferry

Le feu s'est déclaré sur le ferry dimanche à l'aube

L'incendie a débuté aux alentours de 5h30 du matin, dans l'emplacement réservé aux véhicules, par une mer démontée et des vents violents, alors que le bateau assurait la liaison entre Patras, dans le sud-ouest de la Grèce, et Ancône, dans l'est de l'Italie.

Près de 500 passagers et membres d'équipage se trouvaient à bord du ferry quand, à 44 miles nautiques au nord-ouest de Corfou, le bateau a lancé un signal de détresse.

Sur les 478 passagers et membres d'équipage, 268 sont de nationalité grecque. Les autres sont des Français, des Allemands, des Italiens, des Autrichiens, des turcs et des Néerlandais.

Le ferry, construit en 2009, battant pavillon italien et affrété par la compagnie grecque Anek, avait récemment été inspecté. Selon l'armateur italien, un problème avait été détecté sur l'une des portes pare-feu, située sur le pont numéro 5, précisément à l'endroit où l'incendie se serait déclenché.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.