Les plages du détroit indonésien de la Sonde ont été balayées samedi par un tsunami, probablement causé par une éruption volcanique sous-marine. Un tsunami mal détecté par les autorités locales qui avaient appelé dans un premier temps à ne pas céder à la panique.

Le tsunami a frappé l'Indonésie par surprise
Le tsunami a frappé l'Indonésie par surprise © AFP / Ronald

Au moins 281 personnes ont été tuées et des centaines blessées lorsqu'un tsunami a soudainement déferlé samedi soir sur les plages du détroit indonésien de la Sonde à la suite d'une éruption volcanique, semant la panique parmi les touristes et les habitants. Des centaines de bâtiments ont été emportés par la vague, qui a déferlé sur les côtes méridionales de Sumatra et l'extrémité occidentale de l'île de Java aux alentours de 21H30 (14H30 GMT).

La vague a surgi après l'éruption du volcan connu comme "l'enfant" du légendaire Krakatoa, l'Anak Krakatoa, selon Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole de l'agence nationale de gestion des catastrophes. "Le nombre de victimes va continuer à augmenter", explique-t-il. Les experts mettent en garde contre le risque de nouvelles vagues, toujours liées à cette activité volcanique.

Erreur des autorités

La population a d'autant plus été surprise que ce tsunami n'a pas été annoncé immédiatement par les autorités indonésiennes. Dans un premier temps, elles avaient déclaré que la vague n'était qu'une marée montante et appelé à ne pas paniquer.

Une erreur reconnue par Sutopo Purwo Nugroho, qui a également indiqué que l'agence géologique indonésienne menait une enquête pour savoir ce qui s'est passé exactement.

Selon les autorités, le tsunami a pu être déclenché par une marée montante anormale due à la nouvelle Lune, conjuguée à un glissement de terrain sous-marin provoqué par l'éruption de l'Anak Krakatoa, petite île du détroit de la Sonde qui sépare Java et Sumatra. Bien que relativement rares, les éruptions volcaniques sous-marines peuvent causer des tsunamis, selon le centre d'information international des Tsunamis.

Un groupe pop balayé en plein concert

Sur la plage du Tanjung Lesung Beach Resort, un groupe a été emporté par les vagues lors d'un concert en plein air. Dans la vidéo publiée sur les réseaux sociaux, on peut voir la scène littéralement balayée par une vague du tsunami qui a déferlé sur l'extrême ouest de l'île de Java.

Le chanteur a expliqué ensuite sur Instagram, en ravalant ses larmes, que deux autres musiciens et un membre du staff technique étaient portés disparus, ainsi que sa femme. 

L'Indonésie, archipel de 17 000 îles et îlots qui s'est formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques (indo-pacifique, australienne, eurasienne), se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, zone de forte activité sismique. 

Le 28 septembre, un tremblement de terre de magnitude 7,5 et le raz-de-marée qui a suivi avait dévasté la ville de Palu, située sur la côte ouest des Célèbes, et ses environs, faisant au moins 2 073 morts. Mais 5 000 autres personnes sont toujours disparues, la plupart enterrées sous les décombres de bâtiments détruits.

En 2004, un tsunami provoqué par un séisme de 9,3 au large de Sumatra avait tué 220 000 personnes sur les côtes de l'océan Indien, dont 168 000 en Indonésie.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.