C'est ce soir ou demain que Paris doit demander à l'ONU l’autorisation d’intervenir militairement en Centrafrique . Dans le pays, les exactions se poursuivent : une dizaine de civils ont été massacrés près de la capitale, Bangui.

un millier de soldats français seront présents en centrafrique
un millier de soldats français seront présents en centrafrique © reuters

La France va-t-elle intervenir militairement en République centrafricaine ? Paris attend désormais le feu vert de l'Onu. Le conseil de sécurité devrait adopter une résolution en ce sens cette nuit ou demain.

La France, qui compte déjà 400 militaires sur place -sur le miliier qui doit être envoyé- interviendrait dans un pays en pleine anarchie.

Nouvelle preuve sanglante des tensions entre communautés, à une centaine de kilomètres au nord de Bangui au moins 12 civils, des éleveurs peuls musulmans, ont été massacrés à la machette dans la nuit de lundi à mardi.

Les coupables désignés : les milices d'auto-défense qui réagissent aux exactions de la coalition rebelle Seleka, celle qui a renversé fin mars le président François Bozizé et installé au pouvoir Michel Djotodia.

Une situation pré-génocidaire

Pendant ce temps dans la capitale, la tension monte à l'approche du vote de l'ONU, dans un climat détestable de suspicion et de soif de vengeance. Et la sécurité de la population est loin d'être assurée. Certains parlent aujourd'hui d'une situation pré-génocidaire.

Le reportage de notre envoyé spécial, Olivier Poujade

La situation en République centrafricaine sera au coeur du sommet pour la paix et la sécurité en Afrique qui se tiendra vendredi à Paris. Une quarantaine de dirigeants africains sont attendus, ainsi que le secrétaire général de l'ONU et le président de la Commission européenne.

Une situation différente de celle du Mali

Après le Mali, la République centrafricaine pourrait donc être le nouveau terrain d’intervention militaire française.

Pour Gérard Araud, l'ambassadeur de France aux Nations Unies, il faut bien faire la différence entre la situation au Mali et en Centrafrique.

Pour L'eurodéputé Arnaud Danjean, membre du groupe PPE et de l'UMP, l'intervention en Centrafrique serait justifiée, même s'il reste de nombreuses questions en suspens, notamment quant à a durée et aux moyens accordés à une telle opération.

Arnaud Danjean, spécialiste des questions de défense, était l’invité du journal de 13 heures de Claire Servajean.

Mais tout le monde ne soutient pas cette intervention. Ce mercredi, le Parti communiste a dénoncé le rôle que s'apprête à tenir la France dans le maintien de la paix en Centrafrique.

Pour le PCF, François Hollande et son gouvernement sont "les dignes héritiers d'une politique jugée grandement responsable des problèmes de l'Afrique", peut-on lire dans un communiqué.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.