La ligne d'arrivée est-elle en vue ? Avec la reprise des négociations entre les grandes puissances, le P5+1, et l'Iran l'objectif est d'aboutir à un accord d'ici le 20 juillet. Rien n'est acquis. Plusieurs questions clés comme celle du réacteur à eau lourde d'Arak, considéré comme une installation hautement proliférante par les Occidentaux. Il y a aussi le problème des centrifugeuses. C'est un gros enjeu de la négociation de Vienne.

François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France en Iran

La nouveauté, c'est que l'Irak s'est invité à la table des négociations. C'est une première. Américains et Iraniens ont évoqué brièvement cette question en marge de la réunion de Vienne. Une nouvelle preuve que Washington ne peut ignorer le rôle croissant des Iraniens. Même chose pour l'Afghanistan, sans parler de la Syrie. Pour autant, les Iraniens vont-ils obtenir des contreparties sur le dossier du nucléaire ? Rien n'est moins sûr..

François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France en Iran

Face à un monde arabe en plein chaos, l'Iran aspire à devenir la force dominante de la région. Pour atteindre ce but, il lui reste une ultime marche à franchir : signer un accord nucléaire avec les grandes puissances. Ce serait alors un tremblement de terre géopolitique...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.