Le site archéologique de l'Aquila, dans le nord-est de l'Italie
Le site archéologique de l'Aquila, dans le nord-est de l'Italie © MaxPPP

"Archéologie blessée par le terrorisme", c'est le nom du projet mis en place par l'Italie sur le site de l’Aquilée dans le nord-est du pays. Ce site, célèbre pour ses mosaïques, expose l'héritage culturel de villes touchées par le terrorisme.

Ce projet a débuté le samedi 5 décembre, avec une exposition de pièces qui appartiennent au Musée Bardo de Tunis visé par un attentat le 21 mars dernier. 22 personnes avaient été tuées et 45 blessées. L’objectif de ce premier partenariat : mettre en valeur le patrimoine commun aux pays arabes et à l’Europe.

Des mosaïques tunisiennes du troisième siècle sont par exemple exposées en ce moment sur le site. Marta Novello la directrice du Musée Archéologique d’Aquilée :

Entre les mosaiques d’Aquileia et celles du Bardo il existe de très nombreux points de contact. Cette dimension multiculturelle qui caractérisait l’Empire Romain a permis de partager tant de modèles iconographiques.

La prochaine destination de la Fondation est l’Irak. Les spécialistes choisiront des pièces des musées de Bagdad et de Mossoul pour leur prochaine exposition.

Des casques bleus de la culture

Le budget du gouvernement italien est clair : pour un euro dédié à la sécurité, un euro doit aller à la culture. Et depuis le 18 octobre, des casques bleus culturels renforcent les effectifs de l’Organisation des Nations Unies. 53 pays sur les 193 pays de l’Onu ont voté en faveur de cette mesure.

Dario Franceschini, ministre italien de la Culture :

Face aux attaques terroristes de l’Etat Islamique et les terribles images de Palmyre, la communauté internationale ne peut pas rester les bras croisés.

Ces casques bleus peuvent se rendre dans les endroits menacés par le terrorisme ou les catastrophes naturelles et ont pour tâche de protéger ces sites.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.