Deux décrets-loi viennent d'être adoptés : l'entrée en vigueur du revenu citoyen et l'abaissement de cinq ans de l'âge de la retraite. "Nous sommes en train de fonder un nouvel État-providence" dit le vice Premier ministre, Luigi di Maio.

Luigi Di Maio chef de file du mouvement des 5 Etoiles
Luigi Di Maio chef de file du mouvement des 5 Etoiles © AFP / TIZIANA FABI

En Italie, le gouvernement peut affirmer qu'il tient ses promesses. Deux décrets-loi ont ainsi été adoptés jeudi soir : l'entrée en vigueur du revenu citoyen et l'abaissement de cinq ans de l'âge de la retraite... "Nous sommes en train de fonder un nouvel État-providence", dit carrément le vie Premier ministre, Luigi di Maio.

Le Mouvement 5 Étoiles, populiste, et la Ligue, extrême-droite, mettent ainsi en application leurs promesses sur la refonte d'ampleur du principe de l'État-providence transalpin.

La réforme, qui prévoit un abaissement de l'âge de départ à la retraite et des mesures de soutien financier aux personnes les plus pauvres, est au cœur du budget de 2019... Un budget qu'il sera impossible de tenir, pour certains, en raison du poids de la dette publique.

Revenu de citoyenneté : 780 euros par mois

Les Italiens en-dessous du seuil de pauvreté (qui ne peuvent acheter un panier de produits et services de première nécessité) ont vu leur nombre grimper à 5,1 millions en 2017, selon les derniers chiffres de l'office de la statistique Istat. Leur nombre, concentré dans le sud de l'Italie, le fief de 5 Étoiles, a plus que triplé en l'espace de dix ans.  Mais des finances publiques sous tension ont obligé le mouvement à revoir ses ambitions à la baisse : dans une première mouture de la réforme, il envisageait de libérer 17 milliards d'euros par an pour financer le revenu de citoyenneté.

La dernière version du texte de la réforme n'entrera pas en vigueur avant avril et coûtera à l'État 6,1 milliards d'euros cette année, et 7,8 milliards en 2020.  Selon le texte provisoire, il est prévu de verser jusqu'à 780 euros par mois à une personne seule vivant dans un logement loué et ne disposant pas d'autres ressources.

Une famille de deux adultes et un enfant pourra recevoir jusqu'à 1.080 euros mensuellement, et une famille de deux adultes et trois enfants jusqu'à 1.280 euros.

De nouvelles règles pour les retraites

Une loi de 2011 avait nettement repoussé l'âge de départ, à 67 ans, d'un grand nombre de citoyens, de nouveaux seuils étant prévus en fonction de l'augmentation de l'espérance de vie.

Il est dorénavant prévu que toute personne pourra faire valoir ses droits à la retraite pour autant que la somme de son âge (62 ans) et de ses trimestres (totalisant 38 années de contribution) donne 100. Les nouvelles règles entreront en vigueur en avril pour le secteur privé et en août pour les fonctionnaires.

Elles coûteront quatre milliards d'euros cette année et un peu plus de huit milliards en 2020.  

La réforme de 2011, adoptée au plus fort de la crise de la dette, avait laissé des centaines de milliers d'Italiens, partis en pré-retraite en espérant bénéficier pleinement de leurs droits peu après, sans ressources et sans emploi.

Le gouvernement estime que le nouveau régime mettra un terme à leur précarité, tout en permettant aux travailleurs les plus âgés et les moins dynamiques de partir à la retraite, libérant ainsi des postes pour les plus jeunes. Pour certains, la lourde dette de l'Italie et le vieillissement de sa population impliquent qu'elle ne peut se permettre d'abaisser l'âge de la retraite.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.