Malgré les appels de la communauté internationale, ni Israël ni le Hamas, qui contrôle Gaza, ne semblaient prêts à négocier la fin des hostilités qui ont déjà fait 172 morts et au moins 1.130 blessés, en majorité des civils Palestiniens, depuis le début de l'opération, baptisée "Bordure protectrice", "Protective Edge".

Gaza
Gaza © Gilles Gallinaro

Tsahal a annoncé avoir abattu un drone tiré de la bande de Gaza. L'avion sans pilote a été intercepté par un missile Patriot.

Au cours de la nuit de dimanche à lundi, avions et navires israéliens ont ouvert le feu 75 fois sur la bande de Gaza. Ces nouvelles frappes ont atteint notamment des installations des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du Hamas. Les services de santé palestiniens ont parlé d'au moins 20 blessés.

Les explications de Ludovic Piedtenu à Gaza

Le pilonnage, notamment de la partie nord de la bande de Gaza, a poussé des centaines de familles à fuir leurs maisons à dos d'âne, à pied ou en charrette à cheval, emportant ce qu'ils pouvaient.

Ordre a été donné aux habitants par l’armée israélienne de quitter avant midi, dimanche, les villes très peuplées proches de la frontière israélienne.

Selon l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), un quart des 70.000 habitants de la ville de Beit Lahiya ont obtempéré pour échapper aux bombardements.

Ceux qui ont de la famille plus au sud, s’y réfugient. Les autres, affluent dans des écoles des Nations Unies.

Reportage deLudovic Piedtenu et Gilles Gallinaro

Ce week-end, une douzaine de roquettes ont été interceptées au-dessus de Tel Aviv

Les activistes palestiniens ont tiré de leur coté plus de 20 roquettes sur Israël, sans faire de victimes.

Israël a compté une cinquantaine de projectiles tombés sur son territoire depuis samedi minuit. Dix autres ont été détruits par la défense anti-aérienne. Au total, près de 715 roquettes ont touché Israël et plus de 160 ont été interceptées depuis le déclenchement des hostilités, sans faire de victimes.

L'armée a rappelé 20.000 réservistes dans l'optique d'une éventuelle opération terrestre.

Pour la première fois depuis ce nouveau conflit, une roquette tirée de Syrie est tombée sur le Golan occupé par Israël, sans pour autant faire de victime. L'armée israélienne a en outre indiqué que "plusieurs roquettes avaient été tirées depuis le Liban sur la Galilée occidentale".

Dimanche après-midi, deux roquettes ont encore été détruites au-dessus de Tel-Aviv, où un concert du chanteur canadien Neil Young prévu jeudi a été annulé pour des raisons de sécurité.

Reportage de Yann Gallic

Diplomatie impuissante

A Ramallah, en Cisjordanie, le président Mahmoud Abbas a demandé, dans une lettre adressée au secrétaire général Ban Ki-moon, de placer officiellement l'État de Palestine "sous le système de protection internationale de l'ONU".

Le secrétaire général de l'ONU a demandé à nouveau dimanche qu'on établisse un cessez-le-feu. Pour Ban Ki-moon "trop de civils palestiniens ont été tués" à Gaza et une offensive terrestre israélienne ne ferait qu'alourdir ce bilan.

Les Etats-Unis, par la voix du secrétaire d'Etat John Kerry, ont à nouveau proposé dimanche leur médiation, tout comme la France et l'Allemagne. Mais ni Washington ni les Européens ne sont toutefois prêts à négocier avec le Hamas, qu'ils considèrent comme un mouvement terroriste, ce qui réduit encore plus les chances d'aboutir à un résultat.

Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe doivent se rencontrer lundi au Caire. En 2012, la précédente offensive israélienne dans la bande de Gaza s'était achevée après une médiation de l'Egypte, alors gouvernée par des Frères musulmans.

L'Arabie saoudite a annoncé une aide d'urgence de 200 millions de riyals (39 millions de dollars) aux victimes des bombardements israéliens de la bande de Gaza qui se poursuivent lundi pour la septième journée consécutive.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.