l’état islamique revendique la décapitation d’un deuxième journaliste américain
l’état islamique revendique la décapitation d’un deuxième journaliste américain © reuters

Abou Sayyaf, qui codirigeait les opérations financières, pétrolières et gazières du groupe terroriste, a été abattu dans une opération des forces spéciales américaines dans l'est de la Syrie, menée "avec le consentement des autorités irakiennes".

La Maison blanche et le Pentagone ont annoncé la nouvelle à la mi-journée. C'est Barack Obama lui-même qui avait ordonné le lancement de ce raid, qui a eu lieu à Al Amr dans l'est de la Syrie. L'épouse d'Abou Sayyaf, Oumm Sayyaf, a été capturée et transférée en Irak sous la garde de militaires américains.

Une bonne opération, stratégiquement parlant, pour les États-Unis : c'est ce qu'explique le spécialiste en géopolitique Frédéric Encel

0'45

"Les Américains ont décidé de frapper au portefeuille"

"Au cours de l'opération, Abou Sayyaf a été tué alors qu'il affrontait les forces américaines ", explique Bernadette Meehan, porte-parole du Conseil à la sécurité nationale de la Maison blanche.

Le président a autorisé cette opération sur la recommandation unanime des membres de son équipe de sécurité nationale et elle a eu lieu dès que nous avons obtenu suffisamment de renseignements et avons eu bon espoir qu'elle puisse réussir.

L'opération a été menée "avec l'entier consentement des autorités irakiennes" et "dans le respect du droit national et international", a-t-elle assuré, précisant également que "l'opération a également permis de libérer une jeune femme yézidie qui semble avoir été maintenue en esclavage par le couple".

Selon le Pentagone, Abou Sayyaf aidait directement les opérations militaires et le trafic de pétrole organisés par le grupe État islamique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.