Parlement ukrainien
Parlement ukrainien © MaxPPP / Sergey Dolzhenko

Le Parlement ukrainien a validé mardi l'accord d'association et de libre-échange avec l'Union européenne, un projet de rapprochement au cœur de la crise actuelle en Ukraine. L'accord a été adopté à l'unanimité des 355 parlementaires ayant pris part au vote. Le Parlement européen en a fait de même quasi simultanément,avec 535 voix pour, 127 contre et 35 abstentions.

Le refus de l'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch de signer ce texte en novembre a déclenché en Ukraine un mouvement de contestation qui, après des semaines de confrontation violente avec les forces de l'ordre à Kiev, a abouti à sa chute en février.En réaction à la prise de pouvoir des partisans d'un rapprochement avec l'UE s'est ensuite développée dans l'est del'Ukraine une insurrection séparatiste pro-russe, que Kiev, l'UE et les Etats-Unis disent soutenue par Moscou.

Aucun pays n'a jamais payé un si lourd tribut pour devenir Européen

a commenté le nouveau président ukrainien Petro Porochenko, évoquant les manifestants morts dans lesrassemblements contre Ianoukovitch et les soldats tués dans les combats contre les séparatistes. Porochenko s'est exprimé en direct avant le vote duParlement européen, où la séance du Parlement ukrainien était retransmise sur des écrans dans l'hémicycle de Strasbourg où les eurodéputés ont également adopté l'accord.

Reportage d'Anja Vogelau Parlement européen

REPORT DU VOLET COMMERCIAL

Les deux parties sont toutefois convenues la semaine dernière de repousser à 2016 l'application de son voletcommercial, à savoir l'abaissement des droits de douanes réciproques, en prévision d'une poursuite des négociations avec la Russie, hostile à ce rapprochement entre l'Ukraine et l'UE.L'Ukraine continuera néanmoins de bénéficier jusqu'au 1er janvier 2016 d'un régime d'accès privilégié aux marchés de l'UE qui lui a été accordé sans contrepartie. La Russie, qui dément toute intervention dans l'est de l'Ukraine, menaçait de taxer les importations ukrainiennes dèsle 1er novembre si l'accord entrait en vigueur comme prévu à cette date. Elle a accepté d'y renoncer dans l'immédiat.Le report de l'ouverture des marchés entre les deux partenaires, quatre jours avant le vote des deux parlements, aété sévèrement jugé par certains eurodéputés.

On a l'impression que Poutine a obtenu par les armes ce qu'il n'avait pas réussi à obteniravec Ianoukovitch

a dit l'écologiste français Yannick Jadot lors d'une conférence de presse.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.