l’égypte sous tension
l’égypte sous tension © reuters

Les manifestations se poursuivent en Egypte où les opposants au régime ont ravagé ce matin le siège des Frères musulmans au Caire. L'opposition laisse vingt-quatre heures au président Mohamed Morsi pour démissionner.

Les affrontements entre partisans et adversaires du président Mohamed Morsi ont fait au moins seize morts et plus de 600 blessés dimanche en Egypte, selon le ministère de la santé.

Six personnes ont été tuées dans les provinces de Beni Suef, Assiout (centre), Kafr al-Cheikh et Fayoum, tandis qu'un manifestant est mort asphyxié devant le palais présidentiel au Caire et un autre à la suite de ses blessures à Alexandrie, selon la même source.

Le QG des Frères musulmans saccagé

Six décès ont été signalés de source médicale lors de l'attaque du siège national des Frères musulmans, dont est issu le chef de l'Etat, dans une banlieue du Caire.

Le bâtiment a été attaqué par des centaines de personnes, lançant des cocktails Molotov et des pierres, et a été incendié. Des coups de feu ont été échangés.

Les jeunes gens jetaient des cocktails molotov et des pierres sur les locaux de la confrérie, tandis que des gardiens tiraient sur les assaillants. Des images télévisées montrent des hommes à l'intérieur des locaux, jetant du matériel par les fenêtres et agitant un drapeau égyptien depuis un balcon.

Le compte-rendu de Vanessa Descouraux.

Dans tout le pays, 613 personnes ont été soignées pour des blessures reçues pendant les affrontements, a précisé le ministère de la Santé.

Vers une nouvelle Révolution ?

Au Caire et à Alexandrie, plus d'un million de personnes ont manifesté hier.

Mohamed Morsi, dont quelque 20.000 partisans ont manifesté non loin du palais présidentiel, s'est dit déterminé à tenir tête à ce qu'il présente comme une remise en cause antidémocratique de sa légitimité électorale, émanant selon lui de partisans de l'ancien régime.

De leur côté, les opposants annoncent ce matin qu'ils donnent 24 heures à Mohamed Morsi pour quitter le pouvoir. Ils exigent son départ avant mardi.

Robert Solé, journaliste et écrivain, était l'invité d'Hélène Jouan à 7h50.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.