Ukraine négociations opposition Ianoukovitch
Ukraine négociations opposition Ianoukovitch © Max PPP

L'Union annonce la suspension des négociations avec Kiev pour conclure un accord d'association et de libre-échange. Une réponse au désengagement du pouvoir ukrainien, à l'origine des manifestations dans le pays. La plus grande est programmée aujourd'hui.

Lassée, l'Union européenne. À force de tendre la main sans voir de réel retour, elle a décidé de cesser de le faire. La faute, selon le commissaire européen chargé de l'Élargissement Stefan Füle, à un engagement "sans consistance" du gouvernement de Kiev.

En deux messages postés sur son compte Twitter, le commissaire cache mal sa déception. "Les mots et les actes du président et du gouvernement sur l'accord semblent de plus en plus éloignés. J'ai signalé au Premier ministre que les prochaines discussions seront suspendues à un engagement clair de signature. Je n'ai pas eu de réponse."

En déplacement à Bruxelles cette semaine, Serhiy Arbouzov, le Premier ministre, avait assuré que l'Ukraine signerait "bientôt" un accord avec l'UE. Pas assez rapide visiblement pour les Européens.

À Kiev, les pro-européens plus que jamais mobilisés

En Ukraine, la décision de l'Europe ne pouvait pas tomber plus mal pour le pouvoir, qui fait face à une véritable fronde suite à son désengagement envers l'UE. Dernier coup de force en date, la manifestation d'aujourd'hui à Kiev : 200.000 personnes rassemblées sur la place de l'Indépendance, à l'appel de l'opposition, pour réclamer le départ du président Viktor Ianoukovitch.

Reportage sur place de Marc Crépin dans le journal de 13h

Les manifestants portent des drapeaux et des écharpes aux couleurs de l'Ukraine et de l'Union européenne. Des opposants qui se disent déterminés, face à la répression dont ont été victimes de précédents rassemblements.

"Vous êtes mes héros", lance le boxeur Wladimir Klitschko, l'un des meneurs de l'opposition. "Je ne voudrais pas voir un adversaire comme vous sur le ring, vous êtes imbattables !"

Des opposants soutenus également par les Etats-Unis... Deux sénateurs américains étaient présents.

L'un d'eux, John McCain, ex-candidat républicain à la présidentielle, s'est même exprimé à la tribune

De son côté, le pouvoir tente d'organiser la riposte. Après un vaste défilé hier (60.000 personnes) dans les rues de Kiev, les soutiens du président étaient rassemblés ce matin au parc Mariinski. On y comptait environ 5.000 personnes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.