Les civils de Deir Ezzor ont fui cette ville du désert syrien par millier avant l'arrivée de l'EI
Les civils de Deir Ezzor ont fui cette ville du désert syrien par millier avant l'arrivée de l'EI © Reuters / Dimitris Michalakis

Pour le groupe Etat islamique, la bataille de Deir Ezzor est stratégique. La chute de la ville, dont une partie est encore tenue par le régime syrien, lui permettrait de sécuriser l'axe qui relie les deux capitales du Califat, Raqqa en Syrie et Mossoul en Irak.

Sous la pression de la coalition internationale, le groupe Etat islamique concentre ses forces dans la vallée de l'Euphrate. Comme le montre son offensive actuelle sur Deir Ezzor où les jihadistes ont kidnappés au moins 400 civils.

Dans cette bataille féroce pour le contrôle de la ville, le groupe Etat islamique prépare aussi ses arrières, analyse Farouk Moussarih, un opposant syrien, originaire de Raqqa, en exil à Paris.

Comme à Raqqa ou à Mossoul, la population civile est désormais prise au piège et subit un terrible siège, poursuit Farouk Moussraih.

Pour le moment, les forces de Bachar Al-assad tiennent toujours l'aéroport et plusieurs quartiers de Deir Ezzor, aujourd'hui dernier bastion du régime syrien dans l'est du pays.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.