Manifestation à Barcelone en septembre dernier pour l'indépendance de la région
Manifestation à Barcelone en septembre dernier pour l'indépendance de la région © maxppp

L'exécutif catalan renonce au référendum qui devait avoir lieu le 9 novembre. Madrid avait déjà annoncé que ce scrutin était inconstitutionnel. Le référendum est remplacé par une consultation citoyenne.

L'exécutif catalan a décidé de renoncer au dispositif qui devait amener aux urnes les habitants de la Catalogne. Le gouvernement local a "constaté que la consultation ne peut pas se tenir".

Le gouvernement du nationaliste Artur Mas propose "une consultation citoyenne" le même jour, un scrutin dont le résultat sera connu le lendemain

Un scrutin pour le moment interdit

Le tribunal constitutionnel avait interdit provisoirement la tenue de ce scrutin qui devait déterminer l'avenir de la Catalogne. Le gouvernement britannique avait autorisé la tenue le 18 septembre dernier d'un référendum en Écosse, qui a finalement dit non à l'indépendance. Madrid n'a pas été aussi souple et s'est s'opposée fermement à l'organisation d'une consultation en Catalogne.

La Catalogne, une région très riche

L'actuel gouvernement conservateur craint la sécession éventuelle de cette région du nord-est de l'Espagne à l'identité fortement marquée, où vivent 7,5 millions d'habitants. La Catalogne produit un cinquième de la richesse nationale et selon le gouvernement, elle ne peut se prononcer seule sur une possible indépendance, la Constitution exigeant que les questions de souveraineté nationale relèvent de l'ensemble de la population espagnole. Mariano Rajoy, le chef du gouvernement, a cependant assuré qu'il était ouvert au dialogue "dans le respect de la loi".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.