situation toujours tendue en centrafrique
situation toujours tendue en centrafrique © reuters

Une semaine après le déploiement des forces françaises sur place, les tensions restent palpables. La situation serait même presque pire, selon l'Onu, avec 600 morts en quelques jours, dont 450 dans la capitale. Chrétiens et musulmans s'affrontent, encore.

Depuis la prise du pouvoir en mars dernier par les rebelles musulmans de la Séléka, la Centrafrique est en proie au chaos. Un chaos qui se poursuit... voire qui s'aggrave depuis l'intervention de la France. C'est ce que dit d'ailleurs un communiqué de l'Onu.

La situation est tendue [à Bangui] et dans plusieurs localités, notamment à Bouca, Bossangoa et Bozoum, où se poursuit un cercle vicieux d'attaques et de représailles. Nous condamnons toutes les agressions sur les lieux de cultes et contre la liberté religieuse et appelons toutes les communautés à faire preuve de retenue.

Les 1.600 soldats français déployés dans le cadre de l'opération "Sangaris" et font face à une situation explosive.

Des soldats pas forcément bien accueillis. Le reportage de Mathilde Lemaire.

De son côté, l'Union africaine a donné son feu vert à l'envoi de renforts en Centrafrique pour sa force multinationale d'interposition, la Misca, dont les effectifs vont passer de 2.500 à 6.000 hommes.

Jean-Yves Le Drian veut rassurer

Dans ce contexte difficile, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a rendu visite sur place aux soldats français de l'opération "Sangaris".

"Je suis arrivé à Bangui en Centrafrique pour adresser un message de confiance à nos forces et faire un point complet sur la situation", écrit Jean-Yves Le Drian sur son compte Twitter.

Le ministre s'est ensuite rendu dans la ville de Bossangoa, au nord de Bangui.

Notre envoyé spécial Olivier Poujade l'a suivi dans sa visite

Les forces françaises en Centrafrique
Les forces françaises en Centrafrique © IDÉ
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.