Catherine Samba-Panza
Catherine Samba-Panza © Reuters

Près de 80 dirigeants africains et européens sont en ce moment à Bruxelles pour un sommet UE/Afrique. Au coeur des débats, les questions d'immigration, de sécurité et des partenariats économiques. Sans oublier la situation en Centrafrique.

Les discussions ont d’ailleurs ouvert sur la Centrafrique. Les dirigeants présents ont abordé la question de l’aide supplémentaire à apporter au pays pour l’empêcher de sombrer encore plus dans la violence.

La crise dans ce pays africain "constitue une préoccupation majeure", du fait d’une "accélération de la dynamique de la violence" entre Chrétiens et Musulmans, et de l’extension "du cycle d’actes de représailles à l’ensemble du territoire", a souligné le président du Conseil de l’UE, Herman Van Rompuy en ouvrant ce mini-sommet. Il a souligné le potentiel déstabilisateur pour la région, alors que les capacités d’accueil de l’afflux de réfugiés des pays voisins "atteignent leurs limites".

L’ONU prévoit de déployer d’ici la mi-septembre 12.000 soldats et policiers en Centrafrique pour prendre le relais de la force africaine (Misca) présente sur place aux côtés des 2.000 soldats français de l’opération Sangaris.

A Bruxelles, Pierre Bénazet

Et la France ?

François Hollande, co-président de cette réunion, avait mis en garde hier contre la "volonté de groupes hostiles au processus de pacification", estimant que "les musulmans sont directement visés". Il venait de s’entretenir avec la présidente de transition de Centrafrique, Catherine Samba Panza. Cette dirigeante a fait devant le parterre plus large réuni à Bruxelles un point des besoins de son pays, tant en matière de sécurité et d’assistance humanitaire, qu’en vue de reconstruire un embryon d’Etat.

Voici quelques chiffres clés sur les relations entre l'UE et l'Afrique (source commission européenne)

  • Sécurité

Au cours des dix dernières années, l'Union Européenne a mené (si l'on inclue la dernière mission lancée en Centrafrique) 15 missions de paix en Afrique, dont 7 militaires (notamment au Mali, en République démocratique du Congo et en Somalie).

Depuis 2004, plus de 1,2 milliard d'euros ont été versés pour soutenir les opérations de maintien de la paix de l'Union africaine, dont la moitié pour la Somalie.

Depuis 2007, l'UE a envoyé des missions d'observateurs pour 38 élections en Afrique.

  • Aide et développement

L'UE est de loin le premier contributeur à l'aide au développement de l'Afrique, avec 45 % de l'aide publique au continent. En 2012, l'UE a déboursé 681 millions d'euros pour l'aide à l'Afrique, soit la moitié du total de l'enveloppe européenne pour l'aide humanitaire.

Au cours des sept prochaines années (2014-2020), elle prévoit 8,54 milliards d'euros d'aide pour l'Afrique de l'Ouest, 5 milliards pour l'Afrique de l'Est, et autant pour l'Afrique australe.

Entre 2007 et 2012, l'UE a participé à fournir l'électricité à plus de 600.000 foyers en Afrique.

  • Commerce

Le commerce entre l'UE et l'Afrique a presque doublé entre 2007 et 2012. Il représente aujourd'hui pour près du tiers du total des échanges commerciaux internationaux de l'Afrique.

En 2012, les importations de l'UE en provenance d'Afrique ont atteint 186,2 milliards d'euros (contre 129,7 milliards en 2007), soit environ 10 % du totaldes importations européennes.

L'UE reste le principal partenaire commercial de l'Afrique, avec 26 % des importations du continent et 31% des exportations en 2012.

En 2007, les entreprises européennes ont investi 17,6 milliards d'euros en Afrique, tandis que les entreprises africaines investissaient 5,4 milliards en Europe.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.