Avant son élection il y a un an, Donald Trump n'a pas épargné la Chine, fustigeant le déséquilibre abyssal des échanges transpacifiques et accusant le géant asiatique d'avoir "volé" des millions d'emplois américains. Mais peut-il vivre sans elle ?

Le couple Trump et le président chinois Xi Jinping
Le couple Trump et le président chinois Xi Jinping © Reuters / Jonathan Ernst

À l'occasion de la visite du président américain Donald Trump en Chine, Pékin annonce que l'excédent commercial chinois avec les États-Unis est resté proche de ses niveaux record en octobre. 

En d'autres termes, il n'a pas vraiment dégonflé : après avoir grimpé à 28,2 milliards de dollars (chiffre révisé) en septembre, un pic depuis au moins trois ans, cet excédent a glissé en octobre à 26,6 milliards de dollars, selon les chiffres des Douanes chinoises.  

Sur les dix premiers mois de l'année, le déficit commercial américain avec la Chine atteint 223,6 milliards de dollars, une hausse de 8 % sur un an.  

Près d'une vingtaine d'accords commerciaux, qui portent sur une valeur de 9 milliards de dollars, ont néanmoins été signés ce mercredi à Pékin entre des entreprises chinoises et américaines. Une nouvelle salve de contrats devraient être signés ce jeudi, selon Pékin.

Car, comme l'a dit le secrétaire d'État américain au Commerce, Wilbur Ross :

Répondre aux déséquilibres commerciaux sera au coeur des discussions entre les présidents Trump et Xi Jinping.

Les échanges commerciaux Etats-Unis/Chine
Les échanges commerciaux Etats-Unis/Chine © AFP / Vincent LEFAI, Nich Shearman, Laurence CHU

La Chine, plus gros créancier des États-Unis

Selon le trésor américain, en août 2017, la Chine possédait 1 200 milliards de dollars de dette américaine, en bons du trésor. C’est environ 20 % de la dette détenue par les États étrangers. La Chine détrône ainsi le Japon comme premier détenteur étranger de la dette des Etats-Unis. Le Japon est désormais deuxième, avec 1 100 milliards de dollars. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.