L'organisation État islamique est en train de perdre son fief de Raqqa, en Syrie. Sur place, nos envoyés spéciaux témoignent de la violence des derniers combats.

L'organisation état islamique est en train de perdre son fief de Raqqa.
L'organisation état islamique est en train de perdre son fief de Raqqa. © AFP / Morukc Umnaber

Les djihadistes semblent acculés dans une ultime poche de Raqqa, en Syrie, par les Forces démocratiques syriennes (FDS). Malgré tout, ils parviennent à mener des raids meurtriers contre des secteurs considérés comme relativement sûrs.

Syrie : la ville de Raqqa bientôt libérée.
Syrie : la ville de Raqqa bientôt libérée. © Radio France / visactu

Dans ces zones, l'alliance de combattants kurdes et arabes soutenue par Washington est pourtant bien implantée. Mais la violence des affrontements a donné la preuve de la précarité du calme qui règne dans les quartiers dits reconquis.

Offensive de plusieurs mois

Les FDS, après une offensive de plusieurs mois, ont repris 90 % de Raqqa. Les derniers djihadistes sont regroupés dans une poche au centre-ville comprenant le principal hôpital et le stade. Mais tous les bâtiments de la ville n'ont pas été passés au peigne fin. La crainte des hommes de la coalition est qu’il existe des tunnels permettant aux jihadistes de se déplacer. Autre inquiétude, "c'est de les voir essayer d'infiltrer les flux de déplacés", comme l' avait récemment indiqué à l'AFP un commandant de la coalition.

300 000 habitants avant le conflit

Raqqa, 300 000 habitants avant le conflit, est une ville symbole puisqu'elle est la première capitale de province perdue par le régime de Bachar el-Assad en mars 2013. Début 2014, le groupe État islamique en avait chassé les rebelles ainsi qu'Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda. A l'été 2014, Daech y a proclamé un califat et fait de la ville sa capitale. En juin 2014, C'est aussi à Raqqa que sera filmée la seule vidéo d'Abou Bakr Al-Baghdadi, calife auto-proclamé.

►(RE)VOIR | Le reportage de nos envoyés spéciaux : "Si on libère l’hôpital, on libère la ville"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.