Pyongyang célèbre, ce mardi, le 72e anniversaire de la création du Parti des travailleurs. Un anniversaire qui pourrait être l'occasion d'un nouveau tir de missile.

Les célébrations ont commencé à Pyongyang
Les célébrations ont commencé à Pyongyang © Reuters / KCNA KCNA

Le plus beau cadeau d'anniversaire à la Corée du Nord viendra peut-être de Donald Trump dont les tweets semblent valider l'escalade dans la provocation du dictateur nord-coréen.

Pour Pyongyang, ce mardi marque l'anniversaire de la création du parti unique d’inspiration marxiste-léniniste, qui règne depuis trois générations de Kim. Chaque grand événement donne lieu à des grandes festivités de masse à base d'Arirang, des spectacles musicaux et de danse.

Probablement l'armée organisera un gigantesque défilé militaire destiné à faire la démonstration de sa puissance, avec chars et missiles. Missiles pour la parade, mais pas seulement... Pyongyang se préparerait à un nouveau tir, selon le député russe Anton Morozov qui s'est rendu la semaine passée en Corée du Nord. Il pourrait s'agir d'un nouvel essai de missile à longue portée.

L'escalade ?

Les dirigeants nord-coréens et Donald Trump se lancent depuis plusieurs semaines des menaces réciproques. Le président américain allant jusqu'à signifier sur Twitter que Kim Jong-Un est est un "fou" et qu'il n'y aurait qu'une "seule chose" qui "marcherait" avec la Corée du Nord, sans préciser exactement quoi...

Samedi, à quelques jours de l'anniversaire, Kim Jong-Un a déclaré, en s'adressant au parti, que le pays affrontait actuellement des "épreuves" mais qui n'auraient pas, selon lui, entravé sa croissance économique cette année. Il a également promis de poursuivre sur la voie de son programme nucléaire, "une épée chérie" dont la mission est de protéger le pays "des impérialistes" américains. Des propos rapporté par KCNA, l'agence de presse nationale.

Le dirigeant nord-coréen a également annoncé la promotion de sa sœur, Kim Yo-Jong, devenue membre suppléante du bureau politique du comité central du Parti des travailleurs de Corée, l'instance de prise de décision présidée par son frère.

La famille Kim règne sur la Corée du Nord depuis sa fondation en 1948. Kim Jong-Un a pris les rênes du pays à la mort de son père en décembre 2011 et a fait mener quatre essais nucléaires, dont le dernier le 3 septembre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.