Ce mardi, le Parlement nord-coréen s'est réuni en session, ce qu'il ne fait qu'une ou deux fois par an. Une session parlementaire sur fond de fortes tensions diplomatiques.

La place principale de Pyongyang, le 6 avril dernier
La place principale de Pyongyang, le 6 avril dernier © AFP / Ed Jones

C'est une assemblée qui ne se réunit que quelques jours dans l'année, en général pour approuver les décisions prises par l'exécutif : ce mardi, l'Assemblée populaire suprême, qui est le parlement de la Corée du Nord, a réuni ses 687 députés pour une session plénière, dédiée notamment au vote du budget de l'Etat.

Cet organe, qui est "l'organe suprême du pouvoir" selon la constitution de la République populaire démocratique de Corée (le nom officiel de la Corée du Nord), est souvent considéré par les observateurs étrangers comme une façade qui ne fait qu'entériner des décisions déjà prises au niveau de la tête de l'Etat.

"Nous sommes prêts à réagir"

La session plénière de ce mardi, prévue depuis plusieurs semaines, intervient dans un contexte international très tendu, entre la Corée du Nord et les Etats-Unis. Selon l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, "il y a une chance que la Corée du Nord envoie un message vers l'étranger" au cours de cette session. Un fait qui serait exceptionnel, l'APS s'occupant généralement seulement des questions de politique interne.

Sans attendre une réaction de l'APS, c'est un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères qui a pris la parole mardi, dénonçant "le déploiement insensé américain" dans la péninsule, et se disant prêt à une "guerre" :

La République populaire démocratique de Corée est prête à réagir, quel que soit le type de guerre voulu par les Etats-Unis.

A RÉÉCOUTER :Juliette Morillot : "La Corée du Nord n'est pas la Syrie, ils ont l'arme nucléaire et ils réagiront"

Escalade de tension

La tension est encore montée d'un cran entre les deux pays, ce mardi, après un nouveau tweet de Donald Trump : "La Corée du Nord cherche des ennuis ; si la Chine décide d'aider, ce serait formidable. Sinon, nous résoudrons le problème sans eux !" a déclaré le président américain sur le réseau social, trois jours après envoi l'un de ses porte-avions vers la péninsule coréenne.

En fin de semaine dernière, Donald Trump avait reçu le premier ministre chinois Xi Jinping dans sa résidence privée. Il avait alors sous-entendu que le lien commercial entre leurs deux pays serait conditionné à la question de la Corée du Nord : "J'ai expliqué au président chinois qu'un accord commercial avec les Etats-Unis serait bien meilleur pour eux s'ils résolvent le problème coréen" avait-il dit, tout en affirmant que le pays serait prêt à régler "seul" la question si nécessaire.

L'armée populaire de Corée
L'armée populaire de Corée © Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.