De 1986 à 1991, dix femmes avaient été violées et assassinées dans une petite ville au sud de Séoul. Une histoire qui a inspiré, en 2003, "Memories of Murder", un film de Bong Joon-ho (Palme d'or cette année à Cannes pour "Parasite"). Le vrai meurtrier n'avait jamais été retrouvé... Jusqu'à aujourd'hui.

Image tirée du film "Memories of Murder" de Bong Joon-ho
Image tirée du film "Memories of Murder" de Bong Joon-ho © AFP / CJ ENTERTAINMENT / Archives du 7eme Art / Photo12

C'est l'un des chefs-d’œuvre du cinéma coréen : "Memories of Murder", formidable polar crépusculaire sur la traque par deux policiers d'un tueur comme la Corée n'en avait jamais connu auparavant. En 2004, il avait notamment reçu quatre prix lors du festival du film policier de Cognac, révélant au monde le réalisateur Bong Joon-ho.

Dans ce film, le cinéaste racontait l’immense chasse à l’homme organisée pour trouver ce tueur en série, dans une Corée du Sud qui sortait à peine de la dictature militaire, à la fin des années 80.

Le tueur était déjà en prison

Pendant cinq ans, des victimes ont été retrouvées mortes, pieds et mains liées par leurs propres vêtements, autour de la même ville. Elles étaient âgées de 13 à 71 ans. Des dizaines de milliers de policiers avaient été mobilisés, et 20 000 suspects avaient fait l’objet d’une enquête. Spoiler : dans le film comme dans le monde réel, cette traque est restée sans succès.

Il aura fallu attendre trois décennies pour que de nouvelles technologies permettent d’extraire des échantillons d’ADN des vêtements, et d’identifier enfin le coupable. Celui-ci est un homme de 56 ans, déjà en prison pour le viol et le meurtre de sa belle-sœur en 1994.

L’homme nie être le tueur. Il ne pourra pas être jugé, le délai de prescription étant passé. La police a présenté ses excuses et ses condoléances aux familles des victimes.

"Memories of Murder", lui, était ressorti en salles en France il y a deux ans.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.