Via crucis
Via crucis © REUTERS/Alessandro Bianchi

Le Pape a présidé pour la deuxième fois au Colisée, le chemin de croix du Vendredi Saint.

François a voulu donner au traditionnel Chemin de croix, d'une tonalité très concrète, sociale et chaleureuse et priant pour tous les précaires victimes de la crise, les enfants et femmes abusés et maltraités, les victimes de l'alcool et de la drogue devant une foule de quelque 40.000 fidèles qui l'a acclamé.

C'est un évêque italien, Giancarlo Maria Bregantini, archevêque de Campobasso, connu pour ses positions courageuses contre la mafia et grand défenseur des chômeurs, qui avait été chargé par Jorge Mario Bergoglio de rédiger les méditations des quatorze stations commémorant la montée de Jésus au Golgotha.

Jorge Bergoglio n'a pas porté la croix. Comme l'an dernier il s'est installé en hauteur, devant la foule, tandis que des groupes de jeunes, détenus, malades, immigré se relayaient pour porter la croix.

Le reportage de Anaïs Feuga

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.