L'Ouzbékistan, d'où est originaire l'auteur de l'attentat à la camionnette de New York, qui a fait huit morts mardi, a vu émerger dès les années 1990 un mouvement islamiste radical qui prend de l'ampleur. Des Ouzbeks ont été impliqués dans plusieurs attentats ces dernières années.

Sayfullo Saipov
Sayfullo Saipov © AFP / St. Charles County Dept. of Corrections

Le chauffeur de la camionnette qui a tué huit personnes mardi en fonçant dans la foule à New York a laissé un message manuscrit dans lequel il prête allégeance au groupe Etat islamique, selon plusieurs médias américains.  Les enquêteurs ont découvert ce message rédigé en arabe près du véhicule. Un drapeau du groupe aurait également été retrouvé dans la camionnette selon le New York Post. 

Selon plusieurs témoins, Sayfullo Saipov, Ouzbek de 29 ans, aurait crié "Dieu est grand" en arabe lorsqu'il est sorti de son véhicule après avoir percuté plusieurs cyclistes.  

Il s'était radicalisé aux Etat-Unis, selon le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo sur la chaîne CNN.

Les enquêteurs en Ouzbékistan sont mis à contribution pour passer en revue les rapports de police et de leurs services secrets afin de préciser le portrait de l'auteur.  Les connections avec la filière ouzbek sont très vite apparues comme un élément central dans les investigations. Arrivé aux etats-Unis il y a six ans, Saipov vivait à Paterson, dans le New-Jersey, après avoir vécu dans l'Ohio et en Floride. Il était détenteur d'une carte verte. Il était connu par la police américaine pour des petits délits.

L'Ouzbékistan, terre islamiste

Ex-république soviétique, laïque et à majorité musulmane, l'Ouzbékistan a été dirigé d'une main de fer par Islam Karimov de 1989 à sa mort, en septembre 2016. 

Depuis, Chavkat Mirzioïev, son ancien Premier ministre, a pris les rênes du pays avec plus de 86% des voix aux élections

L'Ouzbékistan a vu naître le Mouvement islamique d'Ouzbékistan (MIO), un mouvement islamique radical dès 1991, l'année de l'indépendance du pays. 

De 1992 à 1997, le MIO est accusé d'être à l'origine d'une série de meurtres perpétrés dans le pays. L'organisation tentera d'introduire la loi islamique sur une zone peuplée de 12 millions d'habitants, la vallée de Ferghana, englobant également une partie des territoires kirghiz et tadjik  Sévèrement réprimé à partir de 1998 par Islam Karimov, le MIO rejoint les talibans en Afghanistan, avant de prêter allégeance au groupe Etat islamique (EI) en 2015. Plusieurs cadres du MIO ont également occupé des postes à responsabilités au sein d'al-Qaïda.   Les militants ouzbeks ont mené plusieurs attaques sur les troupes américaines et de l'OTAN.               

Les islamistes ouzbeks ont surtout fait parler d'eux à l'étranger. Selon les services de sécurité russes, entre 2 000 et 4 000 ressortissants d'Asie centrale ont rejoint les rangs des organisations djihadistes en Irak et en Syrie, le groupe état islamique ou Al Qaïda. Et les Ouzbeks forment un des plus gros contingent. Les experts estiment entre 500 à plus de 1 500 le nombre d'Ouzbeks enrolés.  

Plusieurs attentats attribués à des Ouzbeks

- Le Mouvement islamique d'Ouzbékistan a pris part à la sanglante attaque contre l'aéroport pakistanais de Karachi, au Pakistan, qui a fait 37 morts en juin 2014.

- Abdulkadir Masharipov, l'auteur présumé de l'attentat revendiqué par le groupe Etat islamique contre une boîte de nuit d'Istanbul ayant fait 39 morts la nuit de la Saint-Sylvestre, est de nationalité ouzbèke.  Les autorités turques ont dit que l'attanquant était lié au groupe Etat islamique et s'était entraîné en Afghanistan.

- Akbarjon Djalilov, l'auteur présumé de l'attentat dans le métro de Saint-Pétersbourg qui a fait 14 morts en avril dernier, était d'origine ouzbek.  

- Toujours en avril dernier, un autre Ouzbek était arrêté par la police suédoise après avoir lancé un camion dans une rue piétonne commerçante très fréquentée de Stockholm, tuant quatre personnes. L'attaque a été revendiquée par le groupe état islamique, mais l'EI n'a pas fourni de preuves formelles de ce lien.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.