la fréquence des violences contre les roms a augmenté, selon amnesty
la fréquence des violences contre les roms a augmenté, selon amnesty © reuters

Amnesty International parle de 2014 comme d'une année "catastrophique" pour les victimes civiles de conflit . Dans son rapport annuel, l'ONG épingle la France pour ses expulsions de Roms et sa gestion désastreuse des demandeurs d'asile.

Amnesty International qualifie de "scandaleuse et inopérante " la réponse de la communauté internationale. Des millions de civils ont été tués dans les nombreux conflits de cette année 2014 (Syrie, Ukraine, Nigéria, etc.) et 15 millions de personnes déplacées. D'après l'ONG, cela représente le plus grand nombre de réfugiés depuis la Seconde guerre mondiale.

Une gestion "désastreuse" des demandeurs d'asile

Le rapport d'Amnesty International passe en revue l'état des droits de l'homme dans 160 pays et pointe du doigt la France. Les expulsions de campements roms se font dans des "conditions épouvantables ", dénonce l'ONG, qui juge aussi la situation "désastreuse " pour les demandeurs d'asile. Geneviève Garrigos, la présidente d'Amnesty France, parle même de "régression ". Le nombre de places d'hébergement est insuffisant et les délais pour les réfugiés sont toujours très longs. L'ONG cite un chiffre : François Hollande s'était engagé à accueillir 500 réfugiés syriens, contre 30.000 pour l'Allemagne, mais la promesse n'a pas été tenue.

Pour Geneviève Garrigos, la France ne prend pas en compte les droits des migrants, ceux qui fuient leurs pays.

Des Roms toujours "maltraités"

La situation des Roms inquiète aussi Amnesty International, et notamment les évacuations des campements. Près de 13.500 Roms ont été expulsés en 2014. Selon l'ONG, la plupart des familles n'ont pas été relogées. La chargée de campagne discrimination, Julie Heslouin, explique qu'"environ 20% des expulsions sont faites après des arrêtés municipaux de péril, qui deviennent un moyen de contourner les décisions de justice ".

Le reportage de Léo Tescher.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.