La commission de la Défense du Sénat présentera cette semaine son rapport sur les enjeux de la guerre des drones, une menace croissante selon elle. Les équipements de la France sont croissants mais en-deça des nécessités au regard de l'évolution des usages sur les champs de bataille.

Le Corvus, le drone "facile à réparer" des forces spéciales françaises
Le Corvus, le drone "facile à réparer" des forces spéciales françaises © Radio France / Chadi Romanos

La France doit impérativement étoffer son parc de drones et se doter de capacités de protection face à cette menace croissante qui pèse à la fois sur le territoire national et sur le champ de bataille, alerte un rapport parlementaire.   

Intitulé "se préparer à la guerre des drones : un enjeu stratégique", ce rapport de la commission de la Défense du Sénat, qui doit être présenté mercredi, constate que  "depuis 2019, un rattrapage capacitaire est en cours : les forces armées disposeront de plusieurs milliers de drones d'ici 2025, contre quelques dizaines seulement il y a quatre ans". 

En 2020, 58% des frappes en bande sahélo-saharienne ont été assurées par des drones Reaper, armés depuis fin 2019. Le programme Eurodrone, qui a vocation à remplacer les Reaper à partir de 2028, est en cours de développement, après une longue période de négociations avec les partenaires allemand, espagnol et italien.   

D'autre part, la France a accéléré l'acquisition de petits drones, dits de contact, selon le rapport qui rappelle que 210 nanodrones Drop et 67 microdrones NX 70 ont été livrés depuis 2019, et que 150 microdrones Anafi de Parrot destinés aux trois armées viennent d'être commandés, avec un objectif de 900 en 2025.  

Les drones sur les champs de bataille et sur le marchés des ventes d'armes

L'enjeu est de taille, au vu de l'importance croissante des drones sur le champ de bataille. "Plusieurs conflits récents, non seulement la guerre au Haut-Karabagh en 2020 mais aussi les combats en Libye en septembre 2019 et la campagne turque dans le nord de la Syrie en mars 2020 ont été marqués par l'utilisation massive de drones tactiques et de petits drones", selon des modes opératoires nouveaux (guidage de tirs d'artillerie, leurrage, vols en essaims, attaques suicides) "pour pénétrer les défenses sol-air adverses" et qui "préfigurent les conflits de demain, où les drones seront omniprésents", note le rapport.  

À l'instar d'Israël et de la Chine, la Turquie et l'Iran se sont lancés dans la production à grande échelle et l'exportation de ces drones "bon marché", rappellent ses auteurs.  Selon le rapport, il faut ainsi envisager d'"acquérir une capacité semblable de drones peu coûteux et sacrifiables": microdrones simples destinés à servir de leurres ou à mener des attaques saturantes, microdrones armés (qui ne seraient cependant pas des armes autonomes) et drones d'attaque un peu plus gros, capables d'emporter des munitions téléopérées.  

La nécessité d'une stratégie de défense

Il convient enfin de faire de la lutte antidrones une priorité, y compris sur le territoire national où le nombre de drones, en majorité civils, est passé de 400 000 en 2017 à 2,5 millions aujourd'hui.  Des premières capacités ont été acquises en urgence après le survol en 2014 de sites sensibles par des drones, notamment de centrales nucléaires.  Il faut pouvoir détecter la menace et ensuite la neutraliser, qu'il s'agisse de leurrer, de brouiller ou de détruire le drone, suivant que l'on se trouve en terrain dégagé ou non.  

Pour un usage militaire, les lasers, comme le Helma-P de la société Cilas, peuvent constituer une "solution prometteuse", estiment les sénateurs, même s'il "n'existe pas de solution totalement adaptée et satisfaisante" à toutes les situations.  

Le ministère des Armées a lancé un marché, baptisé Parade, pour développer une protection antidrones pour les sites militaires. Il prévoit d'y consacrer 350 millions d'euros sur 11 ans, mais seulement 70 millions d'ici 2025, s'inquiètent les élus.  "Il faut privilégier des processus d'acquisition agiles, rapides. J'ai le sentiment qu'on n'a pas adapté nos processus d'acquisition à l'évolution galopante des technologies", estimait récemment l'un des auteurs du rapport, Cédric Perrin, lors d'une intervention sur le sujet au Paris Air Forum